Je te martèle sans cesse qu’il faut être heureux, prendre du temps pour soi, suivre ses rêves et ses envies, alors serais-je tombée sur la tête? Je dois avouer que ce titre est un peu violent, n’empêche qu’en un sens il est vrai.

Il y a quelques jours je suis tombée sur un TedTalk qui m’a énormément touché et m’a poussé à remettre certaines choses en question. J’étais persuadée que le plus important était d’être heureux, de vivre pleinement le présent, écouter ses son fort intérieur, son instinct pour vivre en accord avec soi même.

Oui mais non. Enfin oui mais pas tout à fait. Le témoignage dont je viens de te parler m’a donc fait prendre conscience que le bonheur n’est pas tout et que la vie ne se résume pas à un enchainement d’évènements plus ou moins heureux. Cela fait longtemps que j’ai compris que le fait d’être heureux est un état volatile, éphémère, qui vient puis repart. Ce n’est pas une sensation permanente qui s’installe sur la durée. Et heureusement d’ailleurs car sans cela nous ne profiterions même plus de ces moments de joie et d’épanouissement.

Mais revenons à ce TedTalk avant que je ne m’égare trop. Le témoignage de cette femme m’a touché et j’ai donc décidé de m’en inspirer dans cet article pour partager avec toi cette prise de conscience.

D’après Emily Esfahani Smith, l’important est d’avoir un sens à sa vie. Le fait de prendre conscience de cela, de partir à sa recherche puis, pourquoi pas, de le trouver  nous rendrait plus heureux en général. Cela nous donnerait une motivation profonde  pour nous lever chaque matin avec envie et passion et nous permettrait de nous développer pleinement.

Selon elle, il existe 4 piliers qui nous permettent d’avoir un sens à nos vies.

A lire aussi: 10 instants pour être heureux 

L'essentiel est-il d'être heureux ?

L’appartenance

L’appartenance fait ici référence au fait d’être en relation et de se sentir inclut dans un groupe pour ce que tu es au fond de toi. Il en va d’ailleurs de même pour les autres, chacun doit s’estimer et estimer les autres selon ce qu’ils sont réellement et non pas ce qu’ils laissent paraitre.

Il arrive que, dans certains groupes, cette « évaluation » se fonde sur des croyances et non sur  ce que les individus sont au fond d’eux même. Pour E. Smith, ce genre de groupe ne permet pas de développer une réelle appartenance car ces derniers ne sont pas fondés sur les personnes mais sur ce qu’elles croient.

Je ne sais pas si tu as déjà entendu parlé de la pyramide de Maslow, mais ce sentiment répond à un besoin essentiel de l’être humain, il est profondément ancré en nous. Appartenir à un groupe nous permet de partager de réels moments d’humanité, de donner par plaisir sans forcément chercher à recevoir quoi que ce soit en retour. C’est être généreux et authentique, pour la joie que cela procure. D’ailleurs je ne sais pas si vous le saviez, mais donner procure bien plus de bonheur que recevoir.

Le but, la raison d’être

Ton but, ce pourquoi tu te lèves chaque matin n’est pas tant ce que tu veux que ce que tu donnes aux autres. Pour l’atteindre il faut utiliser tes forces, ce en quoi tu es doué pour aider et accompagner les autres. Quelque soit ton domaine, tes spécificités et tes capacités, tu trouveras toujours un moyen de mettre ces forces au profit des personnes qui t’entourent.

Pour nombre d’entre nous, cela se résume peut-être à notre travail, il suffit que tu y utilises tes connaissances et tes compétences pour améliorer la vie des autres. D’ailleurs je te souhaite sincèrement que ce soit le cas. Mais tu n’es pas obligé de trouver cette raison d’être au travail. Pour comprendre ce qu’est ton but, cherches le « pour quoi » tu es fait. C’est compliqué à expliquer et chacun de nous est si différent qu’il n’existe pas de formule magique pour le trouver et ce serait bien trop long de donner toutes les techniques ici. Je ferai sûrement un article là dessus si ça t’intéresse mais sache qu’en y consacrant un peu de temps je suis certaine que tu trouveras.

A lire aussi: 5 minutes pour avoir un état d’esprit productif.

L'essentiel est-il d'être heureux ?

La transcendance

Ne par pas tout de suite en lisant ce mot ! Ce n’est pas aussi mystique et farfelu que tu le crois.

La transcendance est simplement le moment où tu te détaches un peu de l’agitation du quotidien et que tu te plonges dans une activité / une passion qui te « transporte » et te fais oublié tout ce qui t’entoure. Cela peut paraitre étrange je sais bien. Je suis néanmoins persuadée que nous connaissons tous ces moments où nous nous déconnectons du monde réel l’espace de quelques instants. Cela peut-être le cas lorsque tu vois une œuvre d’art ou que toi-même tu crées quelque chose. Cela peut également se manifester lorsque tu lis un roman palpitant ou que tu fais du sport, comme c’est parfois mon cas. C’est juste un endroit, un moment où tu te sens hors du temps et de l’espace, où tu vis le moment présent pleinement et que tu oublies tout ce qui se passe autour de toi.

Ton histoire

L’histoire que tu te racontes à propos de toi-même, celle qui te permet de comprendre comment, au travers de tes expériences, tu es devenu toi. Bien entendu tu connais les faits, mais ta vie n’est pas une simple liste d’évènements plus ou moins heureux. Ce qui importe est la manière dont tu te racontes ces évènements. Ton point de vue et les mots que tu emploies pour raconter ton histoire ont un impact monumental sur la vision que tu as de toi-même.

C’est donc à ce moment là que tu dois être positif. Rechercher dans chaque évènement ce qui t’a été bénéfique, ce qui t’a permis de grandir et d’en apprendre plus sur toi même. Chaque choix que nous avons fait, chaque chose que nous avons vécu a eu un impact sur notre futur et sur qui nous sommes aujourd’hui. Nous avons tous vécus, dis ou fait des choses que nous regrettons, qui nous rendent malheureux ou anxieux. Mais même ces évènements que nous pensons négatifs cachent une part de positif. Il suffit de la chercher et je t’assure qu’elle existe, quoi que tu penses actuellement.

En changeant la manière dont tu vois ton histoire, tu changes aussi le regard que tu portes à ton égard.

Tu pourras alors apprendre à t’accepter puis à t’aimer. Tu pourras aller chercher en toi le courage, la motivation et les capacités pour réaliser tes rêves. Tu pourras découvrir ce pour quoi tu es fait et dès lors vivre, vivre vraiment et intensément.

Pour finir retiens simplement que le bonheur va et vient mais grâce à ces quatre piliers tu pourras trouver un sens profond à ta vie et devenir une meilleure version de toi-même.

Alors qu’en penses-tu ? Etre heureux est-il vraiment le but ultime à atteindre chaque seconde ou existe-il des fondements de base qui rendent chaque jour joyeux ? 

Etre heureux est-il essentiel ?

J’espère en tout cas que cette réflexion t’a plu et que tu pourras en tirer quelque chose de positif qui t’aidera au quotidien !

Bisous,

Pêche

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 thoughts on “L’essentiel est-il vraiment d’être heureux ?”

  1. Comme toujours je lis avec plaisir tes articles, celui-là résonne particulièrement en moi. La transcendance, je l’appelle l’engagement. L’engagement que tu mets dans ton couple, dans tes projets dans tes relations. Si tu n’es pas engagée à 200% dans ce que tu fais, tu ne pourras rien…transcender. Et c’est uniquement avec la volonté au qui de se donner les moyens d’avancer, qu’on avance. Alors le bonheur n’est pas un état à acquérir à tout prix, mais je le vois comme un chemin sinueux sur lequel il est bon d’avancer au quotidien 😉

    1. Je suis tout à fait d’accord ! Le bonheur peut se voir comme ces doux moments où l’on se sent en phase avec nous-même et ceux qui nous entourent mais il n’est pas tout et il faut aller creser un peu plus loin pour vivre pleinement.
      Merci beaucoup à toi pour ce commentaire <3
      Belle journée Isabelle !

  2. Très intéressant ton article.
    Pour moi, le but de la vie est d’évoluer. Apprendre, prendre conscience et élever sa conscience. Apprendre de nos aieux , de l’histoire, de nous même pour évoluer et aider les autres générations en donnant des clés.

    je découvre ton blog au passage. Il est chouette.

    Melissa

  3. Merci beaucoup pour ce bel article, il donne une autre vision du bonheur qui n’est pas souvent mise en avant. Pour moi j’ai découvert la ‘transcendance’ il n’y a que 5 ans, lorsque je me suis mise à la couture. Derrière ma machine je ne vois pas le temps passer. Idem pour la pâtisserie. Pour ce qui est du donner aux autres, je suis tout à fait d’accord. J’y prends beaucoup de plaisir, mais quel bonheur aussi quand on reçoit des petites attentions des amis ou de la famille.

  4. Ton article fait beaucoup réfléchir. Pour moi aussi le but ultime de notre vie est d’être heureux et je pense que ces 4 piliers sont effectivement très importants et ils y contribue énormément 🙂

  5. Merci pour ce bel article, je découvre la transcendance et je m’y retrouve complètement, ces moments un peu déconnectés du temps, ou lorsqu’on lève la tête on ne sait plus trop où on est, on chancelle un peu avant de se reconnecter au monde qui nous entoure. Je suis agréablement surprise que tu les décrives comme des instants pleinement vécus, ces fameux « profitons de l’instant présent » car je ne les vivais pas ainsi, bien que toujours agréables. Je vais désormais me féliciter de ces moments vécus, pilier du sens de ma vie =)

    1. Oui c’est un moment assez indescriptible et je pense que nous le ressentons tous un peu différemment 🙂 Je suis très heureuse que mes mots aient fait échos en toi, merci pour ton commentaire !
      Bisous ma belle et à bientôt j’espère !

Laissez-moi un petit mot !

%d blogueurs aiment cette page :