Voilà, c’est fait. Il y a un mois, je me donnais 30 jours pour imaginer de A à Z ma petite entreprise. Nous voilà donc arrivés à la date fatidique et je dois avouer que je suis plutôt fière de moi. Bien sûr cela n’a pas toujours été facile. Tu peux t’en douter mais avoir 30 jours pour créer son entreprise n’est pas franchement de tout repos, surtout quand tu cumules ton travail et ton blog à tout ça. J’ai eu des hauts et des bas (que tu as d’ailleurs pu suivre à travers mes derniers articles) mais au final je n’ai pas les mots pour dire à quel point je suis heureuse d’avoir relevé ce défi !

Je reviens donc aujourd’hui, comme je te l’avais promis dans l’article où je t’annonçais que je me lançais dans entrepreneuriat, pour te faire un bilan et te raconter mon parcours au fil des jours. Si tu me suis sur instagram, tu sais déjà que j’ai rencontré pas mal de doutes et de difficultés (d’ailleurs merci beaucoup pour tous vos conseils et vos mots d’encouragement !) puisque je t’ai partagé mes aventures en exclusivité ;). Mais j’avais envie d’y dédier un article pour t’expliquer tout ça et partager les différentes étapes que j’ai suivi pour créer mon entreprise et surtout un bon business plan.

Bien entendu, en 30 jours je n’ai pas eu le temps de tout faire parfaitement et il me reste certaines démarches et idées à peaufiner. Néanmoins, j’ai énormément avancé – et vu le nombre de mois  pendant lesquels j’ai procrastiné, je suis plutôt fière de moi ! A la fin de cet article je te parle donc de ce qu’il me reste à faire avant de te dévoiler ce grand projet qui me tient tant à coeur.

 

30 jours pour créer son entreprise, comment faire ?

Trouver l’Idée qui te fera vibrer

Des idées, j’en ai eu des tonnes et des tonnes. Je pense même que l’on aurait pu toucher la lune si on avait mis toutes mes envies bout à bout. Par contre lorsqu’il s’agit de trouver l’Idée (avec un grand i parce qu’il faut pas déconner), là ça s’est compliqué…

Alors j’ai cherché, encore et encore, pendant des heures. J’ai créé des mindmaps en tout genre et à des heures impossibles. J’ai arpenté le web de fond en comble pour m’inspirer de tout ce que j’aimais et ce qui me parlait. Il m’est même arrivé de me réveiller en pleine nuit parce que j’avais une idée et me lever pour la noter.

Je ne peux pas encore te dire exactement ce que c’est parce qu’il reste des détails à clarifier (et je t’assure c’est une torture pour moi de te cacher ça). Tout ce que je peux t’annoncer c’est que cela restera dans la lignée du blog, alors si tu l’aimes un tant soit peu, je pense que cette entreprise te plaira !

Le premier « produit » que tu découvriras est un peu spécial et me tient particulièrement à coeur. Il abordera un sujet que j’ai déjà évoqué plusieurs fois sur le blog et qui, à mon sens, est presque tabou dans notre société. Pour autant, je pense (enfin j’espère) qu’il aidera ne nombreuses femmes (ou hommes) à retrouver confiance en elles, à s’aimer et vivre en paix avec leurs corps. Je garde encore un peu le mystère mais si tu as une idée, n’hésite pas à me le chuchoter en commentaire

A lire aussi : A trop apprendre, on s’empêche d’entreprendre 

Choisir le nom de son entreprise / sa marque

Là encore, ce fut un grand casse-tête… Ce que je voulais avant tout, était de trouver un nom d’entreprise qui me ressemble, qui reprenne l’esprit du blog. Au début j‘ai hésité à garder le même nom : Pêche & Églantine, puis je me suis dis que cela risquerait de porter à confusion. Sauf qu’au contraire, cela peut peut-être aussi être bénéfique puisque les deux sont totalement liés…

Du coup, sur ce point là je ne suis sûre de rien. J’ai trouvé un autre nom qui me plait bien mais dont je ne suis pas sûre à 100%. Je me laisse encore le droit et le temps de changer d’avis et si tu as une idée ou une opinion là dessus, n’hésite pas !

Identifier ses forces et ses faiblesses

Toujours une bonne dose de réflexion et de temps passé là dessus… Déterminer ses forces et ses faiblesses nécessite de prendre du recul sur soi, ses motivations et ses expériences passées. Voir là où l’on est bon et ce qu’il reste à amélioré. D’ailleurs je ne sais pas quelle partie est la plus compliquée…

Dans les deux cas, il faut déjà bien se connaitre et avoir fait un certain travail sur soi pour oser déterminer cela. Je dis oser parce que mettre des mots sur nos atouts et nos failles est bien plus compliqué que ce que l’on peut penser !

A lire aussi : Pourquoi je ne suis pas faite pour être salariée 

Trouver un prix juste, en adéquation avec ses valeurs et son travail

Alors là je te dis pas la galère que ça a été… Je n’en suis d’ailleurs toujours pas sortie ! Déterminer un prix qui soit juste, qui reflète toute la passion et le temps que l’on y a consacré tout en n’étant pas trop élever pour être accessible à un maximum de personne est une sacrée mission impossible. D’ailleurs si tu as une recette magique, je suis preneuse !

 

30 jours pour créer son entreprise : comment faire ? - Pêche & Eglantine

Analyser la concurrence, cibler et se positionner

Ahhh que je déteste ces termes. J’ai l’impression d’être un chasseur à l’affût de sa proie. Cela me dégoutte presque… Et pourtant ceux sont ces mots que l’on doit utiliser lorsque l’on rédige un business plan et/ou que l’on présente son projet à des investisseurs.

Pour analyser la « concurrence », j’ai tout simplement passé des heures sur internet à farfouiller sur des blogs et des sites ne tout genre pour voir ce qui se faisait dans le domaine. J’ai tout compilé dans un tableau excel avec les noms, les sites, les prix, etc. Cela permet d’avoir une vision globale des opportunités et des menaces que l’on rencontrera.

Pour ce qui est de la « cible », ceux sont simplement les personnes que tu penses intéressés par ce que tu proposes et à qui tu souhaites vendre tes produits. Pour ma part je me suis basée sur les données apportées par google analytics mais aussi sur divers témoignages et questionnements que j’ai pu mener.

« Le positionnement » reflète la manière dont tu comptes te distinguer sur le marché. Il va donc dépendre des autres offres pré-existantes, des personnes que tu veux toucher mais aussi des tendances économiques, sociales, politiques, etc. Et puis surtout et avant tout (enfin pour moi) de ce que tu aimes dans la vie, de tes passions et de tes rêves.

A lire aussi : Lancer son business sur un coup de tête … c’est parti ! 

Ne pas oublier avant de se lancer…

Bon avec tout ça, il me reste bien sûr quelques éléments à clarifier et démarches à effectuer (yipi). Voici donc en désordre ce qu’il faut encore que je fasse avant de me lancer officiellement :

  • Me déclarer en tant qu’auto-entrepreneure
  • Rédiger mes Conditions générales de vente
  • Déclarer mes abonnés à la CNIL
    (Si tu veux en savoir plus, j’ai dégoté tout cela chez Cécile de Blog by yourself !)

Et puis bien sûr …

  • Choisir un nom
  • Lancer mon premier produit (ah bah oui…)
  • Faire une méga fête pour inaugurer tout ça !

Et toi, tu as aussi envie de lancer ton entreprise ? Ou tu t’es déjà lancée ? As-tu des conseils à me donner ? 

Pour me suivre dans cette belle (et dingue) aventure, pense à me rejoindre sur Instagram et Facebook !

D'ailleurs si tu as envie d'une vie plus épanouie et positive , tu vas adorer le planner du bonheur !
Inscris toi vite pour avoir accès aux news et à pleins d'autres cadeaux !


Bisous,

Pêche

29 thoughts on “30 jours pour créer son entreprise… c’est fait !”

  1. Coucou ! D’abord félicitation ! Je ne connais pas encore ton projet mais il me plait déjà, pour ma part, j’ai un petit projet ! Pas grand chose mais bon ! Je voudrais créer un compte d’instafood, avec plein de recettes bonnes et saines, mais aussi gourmandes ! Je réfléchie encore aux recettes ( histoires de prévoir à l’avance ) de comment je vais organiser ça et tout et tout !
    En tout cas bon courage à toi pour ton entreprise et bonne chance ! Bisous ;-*

  2. Quel parcours! Félicitations! Je me suis aussi inscrite en autoentrepreneur il y a 15j et j’attends mon numéro de siret 🙂

  3. Super article ! Pour le tarif, tu seras surement en deça de sa valeur au départ, car quand on débute, on a du mal à l’estimer… Alors je te dirais de prendre le prix qui semble le plus juste pour toi, celui qui te vient instinctivement, il se vendra à ce prix là c’est sur.
    Si tu le mets plus cher que ce que tu crois que ça vaut aujourd’hui, il ne se vendra pas car ton énergie sera réticente avec ça.
    Mais tu auras toujours la possibilité d’augmenter le prix d’ici quelques temps quand tu seras plus sure. 🙂

  4. En fait le prix d’un produit se déduit de la valeur perçue par ton segment de clientèle visé. L’étude de la concurrence aide également à se positionner, à condition d’avoir avant tout vérifié la santé financière de l’entreprise concurrente dont on s’inspire (histoire de ne pas se calquer sur une entreprise en faillite).
    En résumé, quand on monte une boite, la marche à suivre c’est : idée de départ, étude des business model potentiels, étude de marché générale, hypothèse de cible, étude quantitative cohérente, étude qualitative, analyse des données, positionnement, définition du prix, définition du mix marketing, plan de com. Et ensuite on passe à la stratégie de lancement et d’acquisition.

  5. Waouhhhh et bien je t’envoies toutes mes félicitations et mon admiration!!!! Je crois que j’en serais bien incapable.

    Ton article est tellement motivant ça fait chaud au coeur!

    Bravo à toi, et tu as raison. Tu peux être très fière de toi ♥

  6. Et bien bravo ! tu as déjà abattu un sacré boulot ! c’est vrai que c’est pas facile de fixer un bon positionnement, surtout si ce que tu proposes n’est pas encore quelque chose de beaucoup « vendu ». Je dirai qu’il ne faut pas céder à la tendance de vouloir baisser le prix au max pour attirer du monde. trouver le prix juste, comme tu dis. j’ai hâte de savoir la suite !

  7. Super article et très belle leçon de motivations !
    Pour ce qui est du prix juste, je galère tellement que je vais simplement te dire qqch que je devrais m’appliquer :
    Si tu crois en ton produit à 200% tu sauras son prix. Et c’est ce qui est le plus compliqué, je suis bien d’accord!
    Analyser la concurrence c’est bien mais parfois on dévalue notre travail…il faut donc trouver son équilibre 😉 bisous

    1. Oui j’ai peur de tomber dans le cercle vicieux de la sous-évaluation et que cela ne reflète pas toute la passion, l’envie et les heures de boulot qu’il y a derrière … En tout cas merci pour ton précieux conseil Isa !
      Des bisous, comme totujours <3

Laisse-moi un petit mot !

%d blogueurs aiment cette page :