« T’aurais dû être une fille, à pleurer, chouiner et avoir peur de tout comme ça ». Les paroles d’un adolescent à son petit frère alors que je viens de m’installer dans le train. Juste à côté de moi, il y a moins de 2 minutes. Je suis choquée, désemparée. Je me retiens de lui dire tout ce que je pense de ses paroles. Cette immondice qui venait de sortir de sa bouche, totalement fausse et qui risquait en plus de mettre de terribles idées et préjugés dans la tête de ce jeune garçon. Comme si les hommes ne pourraient-ils pas pleurer ? Et s’ils pouvaient être sensibles eux aussi ?

Alors à a place de m’énerver et commencer les vacances en remettant à sa place un parfait inconnu, j’ai sorti mon ordinateur pour mettre des mots sur tout ça. Ce dont je veux te parler n’est pas tant de l’ineptie, de l’image dégradante de la femme qui émanent de ces mots (mais je n’en pense pas moins et cela mériterait aussi un bongroslong article); mais plutôt de la pression qui est mise sur ce petit garçon pour être « un homme, un vrai » (ceux sont des gros gros guillemets hein).

 

Et s'ils pouvaient être sensibles ?

Soit un homme mon fils

On parle souvent – et à juste titre – de la difficulté que l’on rencontre en tant que femme. Les portes fermées, les rires au nez, les regards désobligeants et/ou rabaissants. Quand ce n’est pas pire… Nous le savons toutes et pourtant il est parfois bien compliqué d’être pleinement nous-même, vivre librement sans se sentir oppressée ni forcée à quoi que ce soit.

Le problème est que je pense que les hommes font face à la même chose. Les préjugés que l’on peut avoir sur eux sont opposés à ceux émis envers les femmes sauf que du coup cela les met aussi dans un carcan !

Je trouve que l’on ne parle pas assez de ces injonctions auxquelles doivent faire face les hommes. Parce qu’eux aussi sont poussés à répondre aux attendes de la société, aux préjugés que l’on a tant de mal à faire disparaitre. Tout comme nous (les femmes), ils sont éduqués à penser d’une certaine manière, à agir comme ceci et jamais comme cela.

Être un mec, « un vrai ». Courageux, un peu bagarreur, énergique et sportif. Un ptit gars qui aime les voitures plus que les poupées, passe son temps à courir partout et rêve d’être aussi fort que papa. Et puis surtout qui ne pleure jamais et n’a pas peur devant une araignée.

A lire aussi : Une vraie femme, ça a des formes ! 

Et s’ils pouvaient être sensibles, avoir des sentiments ?

Sauf que je pense qu’en réalité ils doivent en souffrir tout autant que nous de ces injonctions et obligations, ces préjugés que la société nous poussent à suivre malgré notre volonté.

Je ne sais pas si toi qui lis ces mots tu es une femme, un homme ou aucun des deux. Si tu vis ce que j’essaye de décrire ou si comme moi tu ne peux que l’imaginer. Dans tous les cas je pense qu‘il est bien dur, voire inhumain, d’avoir l’impression de ne pas avoir le droit de pleurer, de ne jamais évoquer ses peurs ou de devoir tout maîtriser. Ne jamais rien faire paraître. Garder ses sentiments pour soi au risque de passer pour « une mauviette », « une fillette ».

C’est terrible toute cette pression qui est mise sur leurs épaules : rester digne, fier et ne jamais tomber. La tristesse, la peur, le doute sont autant de sentiments que tout être humain devrait avoir la liberté totale d’éprouver et d’exprimer. Le fait de se sentir contraint de garder tout cela pour soi doit pousser à l’enfermement et à la colère.

Le partage, l’entraide et le soutien sont vitaux pour l’être humain alors pourquoi cette violence envers les hommes ?

 

 Et s’ils pouvaient être sensibles ? Les hommes n'ont-ils pas droit de vivre pleinement eux aussi ?

Des hommes qui osent

Heureusement, j’ai la sensations que les langues se délient. Certains hommes osent clamer haut et fort qu’ils souffrent, sont angoissés ou ont toujours préféré les poupées aux ballons de foot. Je pense notamment à Ferdinand Richter, fondateur du moteur de recherche Ecosia,  qui tient sa propre chaine Youtube où il traite – entre autres – de ce sujet et affirme sans complexe ses doutes, ses peurs et ses remises en questions.

J’ai l’espoir qu’au fil des générations, les présupposés changent peu à peu, que les hommes et les femmes puissent pleinement ressentir toutes leurs émotions sans que leurs familles, leurs amis et toute la société n’émettent un quelconque jugement là-dessus.

En attendant, j’espère que nous arriveront à nous défaire de cette envie de plaire aux autres et de nous sentir contraints par ce que l’on pense de nous. J’espère aussi que les petits garçons et les petites filles seront tous et toutes amenés à vivre et exprimer pleinement leurs émotions, leurs joies comme leurs peines, parce qu’après tout c’est cela qui nous rend humains.

 

Qu’en penses-tu toi ? Avais-tu déjà réfléchis à cela ?

Si tu veux me suivre dans cette aventure et partager des petits bonheurs au quotidien, rejoins moi sur Instagram et Facebook !

D'ailleurs si tu as envie d'une vie plus épanouie et positive , tu vas adorer le planner du bonheur !
Inscris toi vite pour avoir accès aux news et à pleins d'autres cadeaux !


Bisous,

Pêche

35 thoughts on “Et s’ils pouvaient être sensibles ?”

  1. Merci pour ce joli article, sincère et plein de vérité! J’avais vécu une scène similaire ou un petit garçon choisissai une trousse rose pour la rentrée et sa mère a tout fait pour l’en dissuader car pour elle cette couleur était trop connoté… On parle souvent de la charge mentale des femmes mais comme tu le dis, les hommes n’en sont pas épargnés non plus…

  2. Je suis mitigé moi sur le sujet
    Certes il y a des hommes sensibles et c’est leur droit heureusement ..
    Mais je pense aussi qu’il y en a beaucoup qui ne le sont pas 😉
    Après je ne peux rien dire je ne suis pas un homme 😂

    Mais ton article est pleins de vérités et tu as bien fait de l’écrire 🙂

  3. Hello,
    Merci pour cet article plein de vérités. On dit souvent que ressentir ses émotions c’est être faible, nul(le), bon à rien…

    Alors que pas du tout. C’est humain de ressentir et d’exprimer ses émotions et tu le dis si bien. Je ne suis pas un homme, mais on m’a élevée en me disant : sois forte et ne pleure pas.

    Résultat ? Je me suis prise un effet boomerang et toutes mes émotions refoulées sont sorties en même temps. Je n’arrivais plus à les gérer et je n’arrivais plus à positiver. Et je ne pense pas que ce soit parce que je suis une femme que ça m’est arrivée.

    Si on refoule trop nos émotions, elles finissent par ressortir un jour ou l’autre et on ne pourra pas toujours mesurer l’impact.

    Merci de ton article 🙂 !!

    1. Oh je suis un peu comme toi et j’imagine très bien ce retour de bâton… Pour ma part j’ai su prendre le revers assez vite et appris à exprimer tout ça même si aujourd’hui encore ce n’est pas toujours évident.
      Bisous Camille

  4. Juste une légère réponse à happynessm. Oui, il y a des hommes sensibles. Je t »assure que j’en connais qui sont simples, attentionnés (et pas seulement pour leur compagne) généreux, disponibles, serviables. Ce ne sont pas, malheureusement ces que l’on voit aux actualités ou sur les réseaux. Ils sont discrets, anonymes, aidants et méconnus.
    Mille pardons ! Ce n’est pas une critique de ton propos, simplement ce que je sais de ces hommes méconnus. J’espère que tu comprends.

  5. Hello ! Ton article m’a beaucoup touché et ce que tu dis à du sens et est vrai. Combien d’hommes, je vois, chaque jour, tenté de faire ce qu’on attend de lui, parce que la société l’oblige à être de tel ou tel manière. Je suis une femme, et moi-même, je ne comprends que trop bien le poids que l’on peut porter sur nos épaules à cause de gens qui nous disent comme on doit être, comment on doit agir… et ça m’énerve. Je n’ai jamais été dans le moule et j’en ai beaucoup bavé. J’étais du genre à jouer aux jeux de « mecs », à traîner avec eux et on voyait ça dans mauvais oeil. On m’a insulté de traînée, on m’a inventé des relations avec tous les garçons que je cotoyai sous prétexte qu’un homme et une femme ne peuvent pas simplement être amis. Bref, je suis dépitée et dégoûter de ce que le monde devient et j’espère pour nos enfants et les générations futures que les gens auront un peu plus de plombs dans la cervelle. Très bel article en tout cas et très émouvant 🙂

  6. Très bon article qui met en lumière encore une fois le drame des stéréotypes…j’ai bon espoir, comme toi, que ça change au fur et à mesure 😉

Laisse-moi un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :