Cet été je suis allée à la mer, et qui dit mer dit maillot, et qui dit maillot dit corps, nudité et exposition de soi. Porter un maillot c’est oser se montrer, aux autres mais aussi à soi. Cette image que l’on ne regarde que d’un œil dans le miroir ou que l’on ne prend même jamais le temps de voir. Cette vision de son corps nu qui nous dérange, parfois, souvent. Je sais que l’on croit que ces sensations ne sont vécues que par des personnes qui se trouvent trop grosses, peut-être que tu penses cela de toi-même parce que tu as un peu trop de formes à ton goût. Alors tu n’imagines pas un seul instant que les personnes fines peuvent ressentir la même angoisse. Sauf qu’assumer et exposer son corps taille 34 n’est pas toujours une partie de plaisir.

Eh oui, être mince/maigre ne rend pas l’acceptation de soi plus facile. Mettre un maillot de bain, quel que soit le corps que l’on a, n’est pas toujours aisé. Je ne sais pas ce que cela fait de se sentir trop voluptueuse, mais je peux te dire ce que cela fait de ne pas avoir de formes et d’avoir à exposer cela au monde. Je sais ce que c’est d’avoir l’impression que tout le monde nous regarde en se disant « mon dieu mais qu’elle est maigre » ou « Ohlala ce n’est vraiment pas joli une fille si mince… »

 Exposer et assumer son corps taille 34

Depuis toujours j’ai l’impression de vivre dans le corps d’une petite fille, les cuisses pas bien larges, une poitrine toute petite et  des courbes quasi inexistantes. Je t’ai déjà écrit quelques articles sur ce thème comme ‘une « vraie » femme, ça a des formes  car c’est un sujet qui me tient si fort à coeur et dont personne ne parle jamais. .. Ni les blogs, ni le mouvement « bodypositive », ni les journaux en ligne et encore moins les magazines ! Alors aujourd’hui je veux prendre la parole, et la donner aussi à toutes ces femmes qui ne se sentent pas forcément bien dans leur peau et ont du mal à assumer et exposer leurs corps jugés trop minces.

Ces femmes qui se ne se sentent parfois pas assez féminines ou qui ne supporte pas de pouvoir discerner leurs os. Ces femmes qui rêvent d’un corps avec un peu plus de courbes, ou simplement d’un corps dans lequel elles se sentent bien, en forme et avec des formes.

A lire aussi : Vivre par et pour son corps, c’est ça le bonheur ? 

Des jugements incessants

Être mince et devoir porter un maillot taille 34 (ou autre), c’est s’exposer au monde mais aussi à soi. Et d’ailleurs je ne sais pas ce qui est le plus dur : le regard que l’on porte sur soi ou celui des autres ?

Pour ma part, je pense que c’est notre propre jugement qui a le plus d’impact, en tout cas c’est celui qui m’affecte le plus. Au quotidien l’avis et le jugement des autres m’importent peu. Ce n’est que lorsque je ressens une gêne envers mon propre corps que je commence à leur donner de l’importance, à me demander ce qu’ils pensent et disent de moi.

Devoir exposer et assumer son corps taille 34 a été pour moi une réelle épreuve cet été, tout comme cela peut l’être pour des femmes qui se trouvent trop rondes. En grandissant, tandis que je voyais mes amies se transformer, avoir de la poitrine et des courbes, moi je suis restée là avec mon corps de jeune fille. Je me voyais stagner, comme prisonnière d’un corps qui n’évoluait pas et que je devais pourtant montrer au monde et assumer pour profiter des petits bonheurs de l’été.

 

Atelier prise de poids saine et positive - Lyon 8 juin

L’envie de cacher sa minceur

J’ai aussi réfléchi à des stratégies pour ne pas me montrer, comme pourrait le faire une personne se trouvant trop grosse ou voulant camoufler les impacts de la vie sur son corps. J’ai pensé à acheter des maillots une pièce pour cacher mon ventre, si plat, si inaccessible pour certain.e.s mais surtout si enfantin. Il y a aussi bien sûr les bonnes vieilles méthodes du short, du débardeur ou du paréo que l’on porte pour aller au bord de l’eau et que l’on « oublie » d’enlever ou que l’on garde « pour ne pas cramer au soleil ».

Depuis que j’ai cette volonté de prendre un peu de poids (et je t’arrête de suite, se goinfrer de pizza n’est pas la solution) j’ai aussi plus de mal à oser me montrer qu’avant. Alors cet été, enfiler mon maillot, exposer et assumer son corps m’a semblé encore plus compliqué que les années précédentes. Je sais que je n’aurai jamais un corps « normal » et que je suis faite de cette façon-là Même si je prends quelques kilos je serai toujours fine et c’est aussi sûrement bien comme ça. Il n’empêche que cette envie de se cacher est encore là…

A lire aussi : Accepter son corps ou vouloir le changer ? 

Changer son rapport à son corps tout fin

Mais à quoi bon se cacher finalement ? C’est mon corps et je fais tout pour apprendre à l’aimer. Et en règle général d’ailleurs il ne me pose pas réellement de soucis. On se laisse tranquille lui et moi. Je ne le regarde pas plus que ça, évite de le croiser dans le miroir. Je lui donne des bonnes choses à manger, lui fait faire du sport pour le muscler un peu. De son côté il me porte toute la journée, me permet de gambader et de vivre ma vie. Rien de plus.

Je suppose que c’est un peu la même chose pour toi, même si au contraire tu veux perdre du poids. Tu ne sais pas trop comment l’appréhender ce corps qui ne nous rend pas toujours la vie facile mais qui pourtant nous soutient au quotidien. C’est une machine incroyable qui nous permet de faire tant de choses qu’elle ne mérite pas que l’on se fasse temps de soucis et qu’on lui mène une guerre sans merci.

Comme je le disais dans l’article sur le contrôle de son apparence, il faut trouver un juste milieu entre vouloir se transformer un peu de ci de là et apprendre à aimer son corps tel qu’il est parce qu’il est magnifique comme ça.

Et si tu te retrouves dans mes mots, j’organise un atelier dédié à la prise de poids saine et positive le 08 juin, c’est l’occasion de parler de tout ça et surtout découvrir comment prendre quelques kilos sainement !

PSSST : Avant de partir, je participe à un concours pour aider les femmes en souffrances à cause de leur minceur/maigreur, il te suffit de voter ici pour me soutenir, merci ♥

 

Atelier prise de poids saine et positive - Lyon 8 juin

 

 

Bisous,

Pêche

41 thoughts on “Exposer et assumer son corps taille 34”

  1. Hello,
    Tu as raison de préciser que les filles minces peuvent aussi être complexées par leur apparence. On pourra toujours se trouver des défauts, quelle que soit notre morphologie. Après, je pense que la société est globalement plus clémente avec les filles minces/maigres, tout simplement parce que c’est l’idéal de beauté que l’on essaye de nous vendre. Je ne nie pas du tout le mal-être que tu peux ressentir… Mais dis toi que tu as un corps fort et en bonne santé, et ça ça n’a pas de prix !

    Je fais aussi une taille 34. J’ai reçu d’innombrables remarques sur mon poids/ma fragilité. Je m’en fiche et j’aime bien mon corps tel qu’il est. Cela ne m’empêche pas d’avoir des complexes, comme tout le monde… La route vers l’acceptation de soi est longue et je te souhaite de t’aimer et de t’assumer telle que tu es !

    1. Oui la société est un peu plus clémente mais il n’empêche que les remarques ou les jugements sont tout aussi douloureux que ce que peuvent endurer les personnes en surpoids.
      Je reste pour autant certaine que petit pas par petit pas j’arriverai à accepter ce petit corps que l’on m’a donné <3
      Merci pour tes mots en tout cas <3

  2. C’est un très bel article, profond, sincère et simple à la fois, merci 🙂 je crois que le rapport au corps est une chose difficile pour beaucoup, voire pour chacun, le voir évoluer, le voir vieillir est également un véritable challenge je trouve. A tout juste 25 ans, ce n’est que depuis quelques semaines que je fais ce cheminement. Enfin. Apprendre à l’aimer c’est aussi apprendre à prendre soin de lui. Personnellement, c’est surtout ça ma bataille pour le moment, pas tant l’acceptation mais le prendre soin. En remangeant sainement, en me remettant au sport. Si je perds un peu de poids, pourquoi pas, mais ce n’est pas l’essence du projet. Ca me tient tellement à coeur d’être davantage en harmonie avec mon corps que comme toi, j’ai écrit un article pour faire sortir les mots et pour me lancer dans une dynamique saine. C’est toujours bien de placer les mots je trouve, comme tu viens de le faire. Merci encore 🙂

    1. Oui prendre soin de son corps est très important et cela permet en plus de prendre contact avec lui, de voir comment il est et peu à peu essayer de l’apprécier.
      Et les mots ont un pouvoir magique oui <3
      Bisous Mathilde, à bientôt !

  3. Hello! Merci beaucoup pour ce mot super positif. Il y a presque un an et demi je faisais un 36-38 et je me sentais tellement bien ainsi… Et puis je suis tombée malade (rien de grave!) mais j’ai perdu 10 kg et je suis tombée à un 32-34. Lorsque les gens me voient ils ont toujours un petit mot pour moi du genre « Tu n’as pas repris de poids », « Si tu continue à perdre des kg tu vas finir par disparaitre », « Tu es tellement blanche, tu es sûre que tu manges? »… Certains pensent bien faire, d’autres ne pensent pas du tout et lâchent ce qui leur passe par la tête… Pourtant personne ne dira jamais « Ho mais comme tu as grossis, tu devrais faire un régime »… Alors pourquoi dire à quelqu’un qu’il est maigre est si facile? Je comprends tout à faire ton envie de te cacher. Moi j’ai banni les robes, les shorts et adore les gros pulls qui cachent tout… Mais nous n’avons pas vraiment le choix… Impossible pour moi de grossir, même en avalant des pâtisseries et des tonnes de frites (je suis belge alors forcément les frites c’est toujours un plaisir haha). Mon corps est fait ainsi et je ne peux rien y faire!

    1. Oh toutes ces remarques je les connais bien aussi… C’est souvent dis par amour et sans vouloir blesser mais pourtant cela peut être dévastateur !
      Et ta remarque est bien juste concernant le surpoids, personne n’ose dire ça alors pourquoi se le permettre quand on est fine ?
      Mon corps est aussi comme ça mais je pense qu’avec du temps, de l’amour et un mode de vie adapté il est possible de prendre quelques kilos tout en restant soi.
      Merci pour ton témoignage en tout cas <3

  4. Ton article me parle. Bien souvent, on parle de la « grosseur » mais très peu de la minceur…Il y a de cela 8 ans, j’ai perdu 10kg en 4 mois, à cause d’un traitement. Les remarques ont fusé: tu manges?tu veux passer par le trou de la serrure? faut faire attention à Elisa, surveiller qu’elle mange ». C’était non stop de la part de ma famille et de certains médecins qui ne me croyaient pas. Quand j’ai arrêté le traitement, il y a de cela trois ans et des poussières, j’ai doucement recommencé à prendre les kg perdus. Aujourd’hui, on ne me dit plus rien mais pas parce que j’ai grossi mais parce que tous ces gens, je ne les vois plus.

    1. C’est exactement ça oui… Des remarques d’inconnus ou de proches, pas toujours pour te blesser, parfois par amour et pourtant toutes nous touchent profondément ! Tu as eu bien raison de t’éloigner de ces personnes qui ne semblaient t’apporter rien de bon. Je suis heureuse pour toi et j’espère que tu vas mieux aujourd’hui <3

  5. Je me reconnais assez dans ton article! Depuis plus d’un an j’ai perdu quelques kilos (je n’étais pas bien épaisse déjà et pas bien grande en plus!) parce que j’ai commencé à manger « mieux ». Et les remarques ont commencé à fuser alors que moi je n’avais pas remarqué cette maigreur. Maintenant je la vois, je vois mes bras trop fins, mon visage déjà fin l’est encore plus avec des joues un peu creusées, mes fesses qui étaient larges sont trop lâches, bref, je me trouve un peu trop maigre et c’est donc tout récemment que j’ai commencé à avoir un peu plus de mal à sortir en maillot de bain. Je cherche donc à reprendre du poids de façon saine!

    1. Oh je te comprends tout à fait ! J’ai toujours été mince et selon les années et les difficultés cela ne s’est pas arrangé. Et je suis entrain de travailler sur un petit projet pour nous aider à prendre du poids sainement justement alors cela pourra sûrement bien t’aider… <3

    2. Les bras ce n’est jamais trop fin chanceuse !si tu savais . Mais prendre sainement du poids c tout à fait possible en faisant de la muscu ou de la natation et en mangeant plus et n’écoute pas les pénibles 🙂

  6. Moi j’ai fait partie de l’autre groupe, celui des trop voluptueuses. Mes cuisses qui se touchaient, mes poignées d’amour qui ressortaient du bas de maillot de bain. Les seins trop gros. Mais je comprends ton combat à toi aussi.

  7. Des réflexions très intéressantes, merci pour ce témoignage !
    A ce propos je conseille vivement le podcast Regard, sur le rapport au corps et à la beauté, surtout l’épisode 7 qui parle justement de la minceur.

  8. J’ai fais parti de cette même « catégorie » que toi pendant toute mon enfance. Aujourd’hui j’ai pris des formes (notamment dans le bas du corps) mais je fais toujours partie des «  »minces ». Merci pour ton témoignage et merci de mettre ce phénomène un peu plus en lumière. C’est vrai qu’on parle beaucoup des insultes et critiques envers les personnes plus rondes, mais on ne parle pas assez du mal être des personnes minces, qui existe et qui est tout aussi important malheureusement.
    L’essentiel finalement c’est de s’accepter comme on est, qu’on fasse une taille 34 ou une taille 44. Je souhaite vraiment à toutes femmes (et hommes !!) de se sentir bien dans leur peau, et se trouver belles. ♥

  9. Je me retrouve tellement dans ton article !!
    Les remarques, je les ai tous les jours ! si je n’ai pas faim, on me dit « tu veux perdre un os ? » et si je mange on me dit que je nargue les autres !
    Impossible de trouver une robe à ma taille …
    Bref, quoi que je fasse je suis une planche à pain, un sac d’os, etc … et je suis désolée de le dire, mais les remarques les plus blessantes viennent de personnes en surpoids ….
    On ne parle pas souvent de la souffrance des personnes maigres. Parceque je suis maigre, pas mince, pas fine, juste maigre.
    Merci

    1. Oh merci à toi pour ce partage et ces mots. Les remarques fusent au quotidien et je sais à quel point elles peuvent être dévastatrices. Aujourd’hui je veux prendre un peu de poids mais pas pour ces personnes qui peuvent me dévisager, juste pour moi, pour me sentir un peu mieux tout en restant moi, fine et fluette !

  10. Les complexes et le manque de confiance en soi peuvent toucher tout le monde, toutes les morphologies en effet.
    Je me permet de rebondir à ce que tu dis par rapport au mouvement Bodypositive qui ne prend pas en compte le vécu des personnes (trop) minces. Il faut savoir qu’à la base, ce mouvement a été fondé par les fat-activist américaines pour dénoncer la grossophobie ambiante. Et la grossophobie, ça n’est pas juste se prendre des réflexions quand on est grosses, c’est surtout subir des discriminations systémiques : plus de chômage, pas de matériel médical adapté (fauteuils, tables d’opération, tensiomètres…), etc… Le mouvement a été très dénaturé et devient maintenant une combine marketing, mais c’est intéressant de voir d’où il vient il me semble 😉

    1. Effectivement je ne connaissais pas son origine exacte bien que j’avais largement noté qu’il était plus « destiné / utilisé  » par les personnes en surpoids. Cependant pour moi être bodypositive devrait inclure toutes les morphologies, tous les types de « body », autrement son nom même n’est pas très cohérent je trouve .. Mais merci pour ce petit point très intéressent 😉

Laisse-moi un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[instagram-feed]
%d blogueurs aiment cette page :