Il y a quelques jours, lorsque j’ai parlé de mon introversion sur Youtube, certaines d’entre vous sont venues me poser des questions sur le fait d’être introverti et heureux malgré les préjugés que la société a sur ce trait de personnalité. Lorsque l’on est introverti.e, on a parfois l’impression de se sentir incompris.e ou en décalage par rapport à la société. Ça a d’ailleurs longtemps été mon cas… Notre société met tellement en avant les extravertis qu’il est parfois compliqué d’assumer son introversion.

Et pourtant je t’assure que c’est totalement possible ! Je sais qu’un introverti a parfois tendance à se forcer à sortir, à aller vers les autres et à faire semblant d’être extraverti et épanoui lorsque’il est entouré de monde, alors que ce n’est pas forcément le cas… J’ai été comme ça, du genre à culpabiliser de ne pas avoir envie de sortir et rêver en secret de rester chez moi, bien au calme avec une série et un bon diner.

Pendant un temps je me suis forcée, je pensais qu’il était impossible d’être introverti et heureux en même temps. Je me sentais étrange et asociale à ne jamais avoir envie de ressortir le soir avec des amis. Le bonheur semblait dépendre des autres et du nombre d’interactions et de soirées faites en une semaine.

Alors j'ai décidé d'être introvertie, heureuse et fière de cette introversion. Cliquez pour tweeter

Introvertie et heureux ? Etre soi avant tout !

Etre introverti et heureux ou extraverti et malheureux ? 

Au début, cela n’a clairement pas été simple. Je me sentais déphasée par rapport aux autres, comme si mon introversion m’empêchais de vivre ma vie à fond. J’avais l’impression de passer à côté d’énormément de choses : des fêtes endiablée, des soirées à papoter ou des concerts inoubliables.

Ces sensations sont d’autant plus fortes lorsque l’on est jeune et que l’on a l’impression d’être introverti au milieu de centaines d’extravertis. Comme un extraterrestre tombé du ciel qui n’arrive pas à vivre comme tout le monde. Comme si être introverti c’était être un peu vivre sa vie à côté, en dehors de la société.

Sauf qu’en réalité, j’étais plus malheureuse qu’autre chose à jouer à l’extravertie qui sort jusqu’au lever du jour plutôt que d’écouter ses véritables envies.

A lire aussi : Comment rencontrer des gens quand on est introverti ?

Accepter d’être introverti et tout ce que cela implique

Alors j’ai commencé à travailler sur moi, me dire que je n’étais pas bizarre, simplement différente. S’il y a bien une chose dont je suis persuadée dans la vie, c’est que le plus important est d’être soi, de ne pas vouloir se cacher derrière un masque pour ressembler aux autres et être acceptée par la société.

Alors oui, ce n’est pas évident d’être introverti et heureux dans une société où l’on voit avant tout des extravertis. Ceux sont eux qui bougent et se mettent en avant, c’est donc le plus souvent à eux que l’on se compare, sans jamais voir qu’autour, il y a aussi beaucoup d’introvertis… Donc non, nous ne sommes pas seuls !

Une fois que j’avais pris conscience que je n’étais pas la seule introvertie sur cette terre, j’ai commencé à échanger et discuter avec d’autres introvertis et ce que cela fait du bien ! Nous avions les mêmes peurs, les mêmes doutes… Et le fait de mettre des mots sur tout cela et d’en parler m’a vraiment fait déculpabiliser de ne jamais avoir envie d’aller en soirée ni de participer à des immenses dîners.

Alors j’ai décidé d’être introvertie, heureuse et fière de cette introversion.

Notre société met tellement en avant les extravertis, qu'il est parfois compliqué d'assumer son introversion. On se sent étrange, décalé, incompris... Cliquez pour tweeter

 

Introverti et heureux ! Comment assumer son introversion ? Etre introverti et fier !

Assumer son introversion

Accepter d’être introverti est une chose, l’assumer face aux autres en est une autre… Mais une fois passer cette étape, ce que l’on se sent heureux !

J’ai longtemps cherché des excuses pour cacher mon introversion. J’ai inventé des maladies ou du boulot en retard pour pouvoir rester chez moi sans avoir peur de blesser la personne. Sauf que cela me laissait tout de même une petite note de culpabilité

Assumer son introversion c’est d’abord apprendre à dire que l’on n’a pas envie. Si tout ce dont tu rêves ce soir est de passer la soirée devant la télé, seule et au calme, c’est tout à fait ton droit et du doit apprendre à le crier haut et fort.

Assumer son introversion, c’est aussi savoir s’isoler pour se ressourcer au bon moment et en toute situation. Il m’est par exemple déjà arrivé de me sentir oppressée et mal à l’aise en réunion ou en travail de groupe. Dans ces moments là, si cela est possible, il m’arrive de m’excuser et de sortir quelques instants pour me retrouver.

Je te laisse maintenant avec une petite vidéo où je te parle encore plus à coeur ouvert de mon vécu et comment être introverti et heureux

Si le sujet t’intéresse je te conseil le livre Introverti et heureux et je pourrais bien sûr continuer à te faire des articles là dessus, alors dis le moi en commentaire !

Culpabiliser de ne pas avoir envie de sortir et rêver en secret de rester chez soi, bien au calme avec une série, un bon dîner et un plaid douillet. Cliquez pour tweeter

D’ailleurs tu es plutôt introvertie ou extravertie toi ? 

Si tu veux me suivre dans cette aventure et partager des petits bonheurs au quotidien, rejoins moi sur Instagram, Youtube et Facebook !

D'ailleurs si tu as envie d'une vie plus épanouie et positive , tu vas adorer le planner du bonheur !
Inscris toi vite pour avoir accès aux news et à pleins d'autres cadeaux !


Bisous,

Pêche

43 thoughts on “Être introverti et heureux ?”

  1. Le plus important est effectivement de bien se connaître et vivre en fonction de cela. Introverti ou extraverti, le tout c’edt d’être bien dans sa peau et d’être cohérente avec des valeurs . Bravo pour cet article.

  2. Super article mais j’aimerai aller plus loin… J’ai réellement accepté d’être introvertie, aux yeux des autres, quand j’ai compris que je n’avais pas de problème mais des qualités d’introvertie. Le livre de Susan Cain « la force des discrets » a été très révélateur et bouleversant. Il m’arrive de discuter avec des introvertis même si on a du mal à se rencontrer vu qu’on ne sort pas là où il y a du monde :), mais quand j’y arrive, eux aussi me parlent de leurs difficultés et qu’ils se sentent malades ! Ils vont voir des psys car ils pensent avoir un problème !!! C’est fou que cette mise en avant des extravertis nous pousse à croire cela ! Et bien justement, Susan Cain, nous explique pourquoi (dans les universités notamment) on pousse à l’extraversion au mépris de tout bon sens et pourquoi l’introversion est nécessaire ! #IntrovertPride 🙂

  3. Je suis introvertie aussi, j’en ai d’ailleurs parlé récemment sur mon compte instagram. Je comprends tout à fait ton article. Personnellement c’est le TEDX de Susanne Cain qui a été pour moi une révélation. Personnellement, je me rends compte que plus je m’assume introvertie et mieux je me sens, en revanche ce n’est pas toujours facile de faire comprendre aux autres que l’on peut être sociable, s’intéresser à eux et avoir des moments où on a besoin de rester isolée dans sa bulle puor se recharger.

  4. Je suis très heureuse de rester chez moi avec mon ordinateur, mes séries et mes jeux vidéos.
    C’est vrai que des fois j’ai l’impression de manquer quelque chose quand certains amis me parlent de leurs soirées… Mais d’un autre côté ma soirée au calme a tout aussi été bonne.

    J’ai longtemps été mal à l’aise de ne pas vouloir sortir tous les 4 matins, alors que les autres le faisaient très bien… Mais au final je préfère ne pas trop me surcharger, déjà que je fais beaucoup de choses, avec du sur-social qui m’angoisse plus qu’autre chose. Maintenant je ne sors que si c’est une envie qui vient de moi.

  5. Je suis une introvertie aussi et je me reconnaît totalement dans ce que tu dis au début. L’impression d’être en décalage, ne pas être heureuse lorsqu’on se force à être « comme tout le monde ». Mais moi j’aime rester chez moi, regarder des séries, passer du temps avec mes enfants.
    J’ai la chance d’avoir un homme aussi introverti que moi, même plus ! Du coup nous avons trouvé notre équilibre et notre bonheur ! Et comme les chiens ne font pas des chats, nos enfants n’ont pas ce besoin de sortir tout le temps pour être heureux, ils sont bien à la maison. Et si je prévoie trop d’activités extérieures (oui parce que la pression sociale d’enfants qui ne sortent pas assez pèse encore sur moi…) et bien mon fils râle parce qu’on sort trop souvent…

    Par contre, là où ça reste un peu difficile d’être introvertie, encore pire d’être une famille d’introvertis, c’est que nous sommes assez seuls…. et ça manque parfois !

  6. Je me retrouve tellement dans ton article. Je me force bien souvent à sortir, par peur de dire « non j’ai pas envie de sortir ce soir » parce que si je dis non je m’en voudrai. Le plus dur était pendant l’adolescence, la peur de louper des soirées, de passer pour la personne nulle qui ne sort jamais. Mais aujourd’hui avec un autre regard, je me dis que j’ai rien loupé, du moins de mon point de vue. J’aime les soirées seule à la maison, à regarder un série ou un film avec un bon thé, et j’en suis fière.

  7. Cela me fait un bien fou de lire ton témoignage. Je suis très introvertie, issue d’une famille d’introvertis, mais je vis avec un (très) extraverti qui ne comprend pas que j’aie envie de calme et que certaines situations me bloquent. Il me reproche régulièrement de ne pas « avoir l’air d’être assez contente » lorsqu’une sortie est prévue. Par exemple, il voudrait que j’aille me présenter aux nouveaux voisins, que je téléphone en sa présence… bref, il ne sait pas ce qu’est le monde des introvertis et sa famille non plus. Tellement de gens me paraissent bruyants et faussement exubérants. Au fil du temps (j’ai 56 ans !) j’ai fait en sorte de m’adapter, même si ce n’est pas facile tous les jours, mais je n’avais jamais eu conscience à ce point que le monde était fait pour les extravertis et qu’il était possible de s’affirmer et de s’assumer en tant qu’introverti. Merci pour cet article.

    1. Oh merci Florence… Tes mots me touchent beaucoup et je suis sincèrement heureuse si mon vécu peut t’aider un peu ♥
      Et je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir avec ton compagnon, cependant chacun a son mot à dire et doit être écouter et respecter.
      Tu as le droit d’être là, pleinement toi sans être obliger de te forcer à quoi que ce soit en permanence !
      Je t’envoie plein de douceur ♥

  8. Très bel article!
    Moi aussi je suis introvertie, je l’ai découvert assez récemment (enfin, cette notion plutôt parce que, d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été comme ça ;-)), il y a 2 ans maintenant je dirais. J’ai 37 ans.
    Et ça fait du bien de mettre un mot sur ce qu’on est, de se comprendre quand on s’est toujours sentie anormale…
    Je suis avec un compagnon extraverti à tendance introvertie avec l’âge, alors que moi c’est maintenant que j’aurais plus envie de sortir… Quand il me parle de sa jeunesse: soirées, boissons, boîtes de nuit etc. je repense à tout ce dont je ne voulais pas à l’époque et que je ne regrette pas foncièrement, même si je me sens en décalage, forcément.
    Il faut en effet assumer. S’accepter pour que les autres nous acceptent. C’est sur ce chemin que j’avance, petit à petit et c’est agréable de se sentir, enfin, acceptée pour ce que l’on est, par ceux qu’on aime en tout cas 🙂
    Ce qui est bizarre cependant, c’est que mon compagnon, que je connais depuis bientôt 4 ans, m’accepte de « plus en plus » (il a eu du mal au début, comme moi j’avais du mal avec lui) alors que je me rends compte que ma famille, qui me connait depuis toujours pourtant, voudrait me changer…

    Tout ça pour dire: merci! Et assumons-nous 🙂

Laisse-moi un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :