Cela fait environ six mois que j’ai dit adieu à nos chers soutiens-gorge, qui, de mon point de vue, sont bien inutiles voire néfastes.

Avant tout il faut savoir que j’ai une mini-riquiqui poitrine. Les soutiens-gorges ne servaient donc pas vraiment à la soutenir mais plutôt à l’amplifier l’arrondir et cacher mes tétons.Sauf qu’au bout d’un moment j’en ai eu marre.

Marre de faire comme si j’avais une poitrine plus importante. Marre de ne pas assumer mon corps, aussi fluet et longiligne soit-il. Marre d’être compressée par des liens qui ne servaient qu’à me cacher.

Vivre sans soutiens-gorges - No-bra : Dire adieu au soutiens-gorge et s'aimer

Alors je les ai enlevé. Tout simplement. Bien sûr au début ce n’est pas facile à assumer parce que la société les a plus que banalisé. Aujourd’hui il est quasiment obligatoire de porter un soutiens-gorge lorsque l’on est une femme. Il n’y a qu’à voir ces jeunes filles de 11-12 ans qui rêvent d’en porter pour faire plus grande, plus adulte. Et, bien que j’ai été du même acabit, je trouve aujourd’hui cela bien triste.

A lire aussi : Vivre par et pour son corps, c’est ça le bonheur ?

Abandonner ses soutiens-gorges permet de se sentir plus libre, de s’assumer. Assumer nos formes, quelles qu’elles soient, généreuses ou non.
Pour ma part j’ai longtemps eu du mal à aimer mon corps si fluet. D’autant plus que mes proches n’arrangeait rien en me le faisant souvent remarquer (je vous ferai sûrement un article là dessus si cela vous intéresse). Mais avec le temps j’ai compris que nos corps étaient magnifiques. J’ai appris que quelque soit nos complexes, il faut apprendre à vivre avec, à les assumer puis à les aimer.

Vivre sans soutiens-gorge - Dire adieu aux soutiens-gorge. No bra

S’aimer est une chose merveilleuse et essentielle. Je reviendrai également là dessus dans un prochain article mais sachez le. VOUS êtes une personne incroyable, pleine de talents et profondément magnifique. VOUS êtes la personne la plus importante qui existe.

J’espère que cet article vous a plus et je serai ravie de lire vos expériences et réflexions en commentaire ! D’ailleurs si vous en voulez d’autres sur le sujet faites le moi savoir.

Pour ma part je vous envoie pleins de bonheurs et n’oubliez pas : vous êtes extraordinaire.

Pêche

PS : En ce qui concerne les tétons je dois avouer que je n’ai pas de réelle solution et qu’il m’arrive de mettre un soutien-gorge ou des cache-tétons de temps en temps. Mais ces moments là se font de plus en plus rare car rien que lorsque je l’enfile je me sens mal et étriquée. Au quotidien, en cours ou au boulot, cela ne pose aucun soucis mais quand je sors je ne peux pas m’empêcher de vouloir les cacher. Merci la société. Bien sûr je suis consciente que j’ai un corps qui me permet de renoncer à ce type de sous-vêtement et que selon notre morphologie cela ne sera pas aussi simple. Mais dire adieu au soutiens-gorge n’est pas juste esthétique.

Crédit photo : Kaboompics

Enregistrer

0 thoughts on “Vivre sans soutiens-gorge”

  1. Merci pour cet article intéressant ! Pour ma part, j’adore être sans soutien-gorge, d’ailleurs je le retire de suite en arrivant chez moi ! Et je n’apprécie de porter que les soutiens-gorges en dentelle sans armature. Parfois, il m’arrive de ne pas en mettre le week-end et en vacances. Mais je sais que je n’arriverai à assumer les tétons dans la vie de tous les jours, notamment dans les transports et au boulot…

    Claire
    http://www.simplementclaire.fr

    1. Comme dit je serais incapable de porter à nouveau un soutien gorge au quotidien et les rares fois où je me sens « obligée » c’est un calvaire ! Après je comprend que l’on a toute une poitrine différente et ce n’est pas forcément simple pour tout le monde. Je crois que le vêtement fait beaucoup aussi, par exemple je sais que je suis bien plus à l’aise avec un tshirt en coton où mes tétons ne se voient pas trop que dans un top en polyjenesaisquoi qui laisse paraitre chaque relief !

      En tout cas merci pour ton commentaire et à bientôt j’espère !

      Bisous,
      Pêche

  2. Bravo , tu as eu le courage de bouleverser les coutumes bien ancrées par rapport au soutien gorge et tu assumes ton corps 🙂 Pour ma part, je pense que ce n’est pas possible pour les fortes poitrines car sans soutien, la poitrine tombe et cela fait vraiment mal. Je vous envie un peu les minis poitrines d’avoir cette liberté 😉

    1. Oh merci beaucoup ! Oui j’imagine bien que c’est plus compliqué quand on a une forte poitrine et c’est normal d’avoir besoin de soutien. Ce qui me frustre c’est avant tout le diktat de la société qui nous pousse à en mettre alors que nous n’en avons pas l’utilité!
      En tout cas merci pour ton commentaire, il me touche vraiment!
      Bisous et à bientôt,
      Pêche

  3. Je t’avouerais que depuis plus d’un mois j’ai arrêté d’en porter ( ma poitrine est assez petite (petit 85B ) et je me sens un peu plus libre ! Par contre, vu que je travailles dans des bureaux je porte des brassières. Avant je me souciez trop de ma poitrine car elle était presque invisible. Donc je portais souvent des soutiens-gorge Push-up ou rembourrés. Et lorsque hier, j’ai remis pour la journée un de ces malheureux instruments de torture pour nos seins, je me suis sentit mal. Une fois enlevé c’était la libération. Je ne fais plus attention aux autres et pour le moment je n’ai eu aucune remarque de la part des collègues. Et je continuerais dans cette voie là 🙂

    1. Je me retrouve totalement dans ton commentaire tu sais. J’ai aussi longtemps porté des soutiens-gorges « push-up » ou rembourrés, juste pour être dans « la norme ». Comme je le dis aujourd’hui je ne peux pas passer plus de 5h/6h avec un soutiens-gorge et je les évite au maximum.
      Et pour le regard des autres franchement je vois pas ce que ça peut leur faire, on ne montre pas nos seins non plus ! 😉
      Merci du fond du coeur pour ton message en tout cas,
      Bisous,
      Pêche

Laissez-moi un petit mot !

%d blogueurs aiment cette page :