Depuis que je me suis lancée dans le projet fou de développer mon entreprise, j’ai dû faire face à de nombreux obstacles. Et tu veux savoir lequel est le plus dur à surmonter ? Moi, mon envie d’en savoir toujours plus et la peur de me lancer. De me lancer vraiment, corps et âme. Arrêter de me dire que je ne sais pas comment faire ceci ou cela. Que je n’ai pas encore assez de bagage et que je dois encore lire, écouter, regarder pour tout connaitre de A à Z. Sauf qu’à trop apprendre, on s’empêche d’entreprendre.

Et pourtant j’ai envie de tout connaitre, tout savoir avant de me lancer. Être sûre de moi, sûre de mes choix et de l’entreprise que je veux créer. Mettre toutes les chances de mon côté pour y arriver.

 A force d'apprendre, on oublie d’entreprendre - Pêche & Eglantine

Avoir soif d’apprendre

Je suis de ces personnes qui passent leur temps à regarder des conférences, écouter des podcasts et lire des tas de bouquins. Je suis une grande curieuse (ce qui est loiiiin d’être un défaut d’ailleurs!) et j’ai sans cesse besoin d’apprendre. Sur tout, sur rien. Peu importe le sujet, tu peux être sûr.e que je serai intéressée !

Je trouve que nous avons des moyens et des opportunités incroyables pour développer nos connaissances et découvrir chaque jour de nouvelles choses. Entre les livres, les vidéos, les articles de blogs ou de magazines et bien sûr mes chouchous, les podcasts (dont je t’ai fait une super sélection juste là).

Et je dois dire que depuis que je veux créer ma petite entreprise, c’est encore pire ! Il y a tant de contenus et de choses à découvrir que j’ai juste envie de tout lire, de tout voir. Je prends des notes sur tout et n’importe quoi qui me semble pertinent et intéressant pour monter son entreprise. J’écoute des interviews pendant des heures en rêvant d’être à la place de ces entrepreneurs. Je bois chacune de leurs paroles en me disant que cela me sera très utile et m’aidera à construire une super entreprise un jour …

A lire aussi: 5 conseils pour continuer à apprendre quand on n’a pas le temps

Finir par procrastiner

…Sauf que ce jour, ce devrait être maintenant, là, tout de suite ! Pas demain, pas dans une semaine ou un mois mais bien aujourd’hui !

Tu sais, c’est un peu comme ces vieux habits que l’on garde au fond du placard « au cas où » et que l’on ne ressort jamais en réalité. Eh bien là, c’est pareil. Je suis attirée par tellement de contenus et d’idées que je finis par ne plus m’arrêter.

Et pourtant je ne peux pas m’en empêcher. J’ai l’impression qu’avec tout ce contenu à perte de vue, je risque de passer à côté d’informations et d’idées essentielles. Je désire si fort te proposer des produits intéressant, agréables à utiliser et qui changeront vraiment ta vie, que j’ai envie de tout connaitre, jusqu’à devenir une experte. Et puis il y a la question des prix aussi, comment les fixer ? Comment savoir quelle valeur auront mes « produits » ? Alors je lis, j’écoute, j’apprends, comme si tout cela était une science et qu’il existait des règles et des normes à suivre pour que tout se passe bien.

Et puis à cela s’ajoute le fait que je suis attirée par énormément de sujets, je ne me limite pas au sport ou à la nutrition, j’ai aussi envie d’en savoir plus sur la psychologie, la sociologie, l’anatomie, etc.

Alors comment choisir et réussir à s’arrêter ? Je cherche encore la réponse…

 A trop apprendre, on s’empêche d’entreprendre - Pêche & Eglantine

Jusqu’à oublier d’entreprendre

Ou plutôt s’empêcher d’entreprendre…

Parce qu’à force de vouloir absorber toujours plus de contenus et d’informations pour me rassurer et savoir comment faire de tout ça un succès, j’en viens à oublier que le plus important n’est pas là.

En réalité toutes ces connaissances ne servent à rien. L’essentiel n’est pas d’emmagasiner le plus de savoir possible, parce qu’en fin de compte à quoi cela te servirait-il ?  Le but est d’agir, de passer à l’action et d’utiliser toutes ces connaissances pour – enfin – créer l’entreprise qui me fait tant rêver !

En réalité, j’ai tout simplement peur, peur de me lancer. Peur de ne pas y arriver et d’abandonner. Peur au contraire d’être fière et au final d’échouer.

Toute cette volonté d’apprendre n’est en fin de compte qu’une mauvaise excuse pour éviter de me lancer. Avec tous les mois et les années que j’ai passé à lire, écouter, noter, je pourrais écrire des dizaines de bouquins sur le sujet ! Et pourtant, je suis toujours là, à  écouter des podcasts partout où je vais pour toujours plus emmagasiner…

Est-ce que toi aussi tu connais cette envie d’apprendre sans cesse ? Est-ce que cela t’empêche aussi d’agir pour tes rêves ?

Si tu veux continuer à partager des petits bonheurs et que l’on se soutienne au quotidien, pense à me rejoindre sur Instagram et Facebook !

D'ailleurs si tu as envie d'une vie plus épanouie et positive , tu vas adorer le planner du bonheur !
Inscris toi vite pour avoir accès aux news et à pleins d'autres cadeaux !


Bisous,

Pêche

32 thoughts on “A trop apprendre, on s’empêche d’entreprendre”

  1. Je suis exactement pareil. Toujours à lire un livre, écouter des podcasts, regarder des vidéos de personnes inspirantes, espérant moi aussi trouver ma voie, trouver un projet a créer? Je repousse l’échéance, je repousse le moment de me lancer. Je cherche toujours à en savoir plus, à approfondir afin d’avoir les connaissances et capacités pour ensuite me lancer. Par manque de confiance en moi, de peur de ne pas être légitime. Sauf que je pense que nous ne seront jamais vraiment expert dans un domaine, il y aura toujours de nouvelles choses à apprendre. Lance toi, tu peaufineras tes connaissances et te perfectionneras en même temps que tu lanceras ton entreprise. Les personnes qui t’inspirent on eux aussi été débutant 😉
    Belle journée à toi,

    Manon

  2. J’ai eu le même soucis avant de lancer mon blog. Je voulais savoir plein de choses et maintenant je me rends compte que tout ce dont sur quoi je me suis renseignée je ne pourrai l’appliquer qu’avec l’expérience .

  3. C’est vrai qu’on a accès à tellement d’informations, on veut tellement découvrir, s’améliorer… on a tendance à se perdre dans une accumulation de savoir que l’on n’arrive pas à mettre en pratique tant on reste dans le « savoir ». Tu n’es pas la seule mais on se soigne c’est l’essentiel non? 😉

  4. Je me reconnais totalement dans ce que tu dis.. J’ai toujours peur de me lancer être je repousse, je repousse et un jour il faut se faire violence. Il y a cette phrase que j’adore « sois je gagne, sois j’apprends » dans tous les cas tu seras gagnante, même si ce n’est pas la réussite dont tu rêvais, toutes les expériences sont bonnes à faire ! Et puis tu ne te lances pas aveuglément : le fait que tu te renseignes autant te donnes une marge de sécurité et c’est super ! Continue et tu seras fière de toi de l’avoir fait dans tous les cas 🙂 Belle journée à toi !

  5. C’est fou comme je me retrouve dans ce que tu dis… j’ai aussi toujours cette envie d’apprendre, je ne me lasse jamais de nouvelles connaissances, parfois peut-être au détriment d’autres choses. Ton article est vraiment bien écrit, encore une fois!

  6. Ah la légitimité… ! Moi j’ai le sentiment que toutes mes connaissances lues ou apprises ont disparu ! Je me lance tout de même en m’appuyant sur le fait que je sais gérer les échecs et que j’avance pas après pas… J’évite de m’imaginer en train d’exercer ma future activité. Pour l’instant j’en suis à l’étape : mettre en pratique les conseils d’un ebook que j’ai acheté décrivant les étapes pour se lancer. Bon courage Je suis avec toi ! 🙂

      1. J’ai acheté celui de Nastasya Kotnarovsky « Comment devenir freelance » du blog valizstoriz Je n’ai pas encore démarré la mise en application et l’ai seulement lu en travers Elle propose pas mal d’exercice et de mise en oeuvre Ca me parle et au moins j’ai une trame ! On verra dans la pratique Affaire à suivre !

  7. Mon copain est un grand curieux, il est capable de lire tout un week-end, de regarder des tonnes de vidéos. Il est excellent (ce n’est pas l’amour , je t’assure) mais pourtant il a cette fichue tendance à procrastiner.
    Je suis son opposé. Le genre de personne qui ne prend jamais de parapluie car… « il ne va pas pleuvoir! » J’ai fait des tonnes d’erreurs en me lançant dans l’entreprenariat. Mais j’en ai pas fait une énorme : ne pas me lancer.
    Alors tu as 2 exemples totalement différents mais qui ne sont pas bons.
    Il faut trouver son équilibre ! Et il n’est pas dans les extrêmes 😉
    Je t’embrasse et je compte sur toi pour oser 🤗 gros bisous

  8. oui je ressens aussi ceci, le fameux syndrome de l’imposteur, accumuler les connaissances pour etre (ou croire être!) parée à toutes les éventualités, ne jamais etre prise en défaut, parce qu’on manque encore de confiance et d’expérience dans un domaine.. pas facile de passer outre il faut se faire violence!

  9. Pour lancer ton entreprise, le seul véritable contenu dont tu as besoin est une trame de business plan. Et ensuite il faut se lancer. Ecouter les histoires des autres ne t’aidera jamais, bien au contraire. On ne compte pas les gens « intéressés par l’entrepreneuriat » qui viennent à tous les evenements pros mais ne passent jamais à l’action. Et je doute qu’ils passent à l’action un jour.

  10. Je me reconnais bien dans tout ça… moi aussi je suis dans la démarche d’entreprenariat et matins et soirs c’est podcasts, le midi je lis plein de livres…mais sincèrement ce qui m’apprends le plus c’est de faire et d’apprendre au fur et à mesure! Mettre les mains à la pâte est la meilleure façon d’apprendre et d’entreprendre alors lance toi 🙂 Belle fin de semaine!!!

  11. Je comprends ce que tu ressens, et bizarrement, il n’y a que deux domaines où j’ai su outrepasser ces peurs là. Le théâtre où je me suis jetée à corps perdu dans le travail quand d’autres voulaient encore après un cursus de 3 ans, remettre trois d’études derrière. Et l’astrologie, où après ma formation, je n’ai pas arrêté de pratiquer avec des cobayes à qui je faisais des petits tarifs, qui m’ont donné confiance et qui m’ont permis de me lancer. Dans ces deux domaines, j’avais la conviction pure et dure que j’étais FAITE pour y aller. Et qu’on peut aussi apprendre en FAISANT. En s’y mettant tout de suite. Tu ne fais plus l’écolière mais la bosseuse qui s’enrichit d’une véritable expérience de terrain. Pour la musique, mes peurs sont plus présentes bizarrement, mais ça se débloque petit à petit.

    Courage ! Ne te propose pas deux milles questions. N’oublie pas que ce n’est jamais parfait du premier coup quand on se lance. Il faut accepter que tout ne t’appartient pas. Tu vois ce que je veux dire ? Bisous !

  12. Oh là là je suis tellement mais tellement d’accord avec tout ce que tu dis du début à la fin ! On dirait que t’as écrit cet article pour moi ou à ma place… C’est tellement un cercle vicieux ou vertueux parce que d’un côté ça me bloque et de l’autre j’apprends énormément. Mais il faut encore que j’arrive à trouver un équilibre entre ces deux côtés et c’est pas facile tous les jours ☹️

  13. Je me reconnais dans ton post, j’essaye de m »armer » le mieux possible en savoir et en connaissances pour me sentir plus prête à chaque étape (notamment scolaire ou dans le milieu du travail) de la vie, mais tu as bien raison, ça peut aussi freiner le processus et repousser le moment où on le fait enfin! super post, des bisous ma belle!

  14. Ça me parle et me renvoie à mes débuts : j’emmagasinais du contenu, encore et encore… jusqu’à ce que ça me paralyse, car trop de contenus, trop de choses contradictoires, et moi au milieu qui cherche LA bonne chose à faire ! Genre le mode d’emploi ultime de l’entrepreneuse, pour que je sois bien rassurée en suivant les ordres pour être sûre de réussir 😉 Sauf que ça ne marche pas comme cela, et en entreprenant on apprend tous-les-jours alors on fond on ne pourra jamais tout savoir avant de se lancer 🙂

Laisse-moi un petit mot !

%d blogueurs aiment cette page :