Depuis que j’ai arrêté de porter des soutiens-gorge (90% du temps), j’ai reçu énormément de questions de votre part ou de celle de mes amies. Je sais que cela peut intriguer, donner envie ou au contraire paraître complètement invraisemblable. Et pourtant tu n’imagines pas à quel point vivre sans soutien-gorge a été une libération. Je me sens bien plus libre et à l’aise dans mes mouvements alors que les quelques fois où j’en porte encore je me sens serrée, voire oppressée. Je sais que ce n’est pas simple et c’est justement pour cela que j’avais envie de partager mes petits conseils pour apprendre à vivre sans soutien-gorge et découvrir le bonheur que c’est.

Bien sûr, tu n’arriveras peut-être pas à t’en défaire totalement en un clin d’œil et il faudra du temps pour que tu arrives à assumer pleinement de ne plus porter de soutien-gorge. Je t’avais déjà fait un article sur le fait de vivre sans soutien-gorge et j’espère donc qu’avec ces petites astuces tu arriveras peu à peu à l’abandonner !

Je tiens aussi à préciser que je suis consciente qu’en fonction de notre morphologie, notre poitrine et (aussi) notre éducation, cela est plus ou moins évident. Pour ma part, j’ai une petite poitrine et je n’ai donc pas de problème de maintien ni de lourdeur. Si tu as une poitrine plus généreuse cela peut paraître compliqué et pourtant j’ai reçu des témoignages et commentaires de femmes faisant du C / D  qui arrivaient très bien à ne pas en porter !

 

 5 conseils pour vivre sans soutien-gorge !

Commencer à la maison

Première étape, commencer à ne plus porter de soutien-gorge à la maison (si ce n’est pas encore fait!). Perso,  c’est le premier réflexe que j’avais en rentrant chez moi parce que, punaise, ce que ça fait du bien !

Et puis surtout chez toi… bah c’est chez toi et tu as bien le droit de faire ce que tu veux ! Et même si tu ne vis pas seule, je ne pense pas que ton/ta conjoint.e – ou tes enfants – soient choqués de savoir que tu ne portes pas de soutien-gorge. Je suis même certaine qu’ils s’y feront très vite et si jamais ils te font une ou deux remarques, explique leur simplement pourquoi et ils comprendront sans problème !

A lire aussi : Accepter son corps ou vouloir le changer ? 

Y aller pas à pas et se sentir à l’aise

Comme je te l’ai dit, cela peut prendre du temps alors mieux vaut ne pas te brusquer car tu risques de te sentir honteuse ou mal à l’aise et de faire machine arrière. Le but est que tu te sentes à l’aise et pour cela il faut tenir compte de différentes choses.

Premièrement il faut bien choisir les personnes avec qui tu vas être. Cela sera sûrement plus confortable pour toi de commencer en présence de tes proches plutôt que durant une soirée remplie d’inconnus. Ensuite il faut aussi commencer dans des lieux où tu peux aller sans avoir besoin de te prendre la tête comme la boulangerie, le supermarché ou simplement ton jardin. Pour finir, pense aussi au contexte / à l’enjeu. Si cela te met mal à l’aise de ne pas porter de soutien-gorge ne commence peut-être pas par le faire durant une conférence mais plutôt un lundi matin où tout le monde à la tête dans le brouillard.

Au fur et à mesure tu verras que tu te sentiras plus confiante et à l’aise et que tu oseras sortir plus souvent sans soutien-gorge !

A lire aussi : Vivre par et pour son corps, c’est ça le bonheur ?

Bien choisir ses hauts

Une chose à laquelle on ne pense pas souvent mais qui pourtant est capital : choisir des hauts adaptés au fait de ne pas porter de soutien-gorge ! En fonction de la coupe, de la matière et des couleurs, cela peut-être plus ou moins facile de cacher qu’on n’a pas de soutien-gorge.

Pour moi le vêtement de camouflage idéal est un haut en coton avec des motifs et pas trop fin pour ne pas être transparents (crois en mon expérience). Fais aussi attention aux côtés du vêtement si c’est un t-shirt, certains sont très échancrés sous les aisselles et si tu n’as pas envie que l’on sache que ne n’a pas de soutien-gorge, cela ne sera pas l’idéal. Et puis bien sûr veille à ce que le décolleté ne soit ni trop lâche ni trop plongeant de risque de tout dévoiler en te baissant !

 

 5 conseils pour vivre sans soutien-gorge ! Comment faire pour ne plus porter de soutien-gorge ?

Faire abstraction du regards des autres

Je sais, c’est déjà pas facile en règle générale mais alors là… Et pourtant c’est une étape essentielle car on a vite l’impression que tous les yeux sont braqués sur nous et que tout le monde ne voit que ça… alors que pas du tout !

Pour tout t’avouer, au début je psychotait totalement. J’avais l’impression qu’on ne voyait que ça (alors que j’ai des seins minuscules) et que les gens passait leur temps à me dévisager et me juger. Sauf qu’en réalité, c’est juste une création de ton esprit et les gens ne te regardent pas plus ni moins que si tu portais un soutien-gorge.

Et puis si vraiment cela t’arrive demandes-toi : « et au pire ça fait quoi ? ». Eh bien dans le pire des cas tu te sentiras un peu honteuse / jugée / mal à l’aise et ça passera. Et puis souviens toi que, le temps que tu te dises cela, la personne t’a déjà oublié et s’en fou royalement que tu portes un soutien-gorge ou non !

A lire aussi : Une vraie femme, ça a des formes !

Trouver des parades

Si jamais tu as peur des tétons qui pointent ou que cela se voit par transparence (d’où l’intérêt de choisir des hauts adaptés 😉 ), il existe des parades pour éviter ces moments qui peuvent être gênants.

Tu peux par exemple acheter des cache-tétons en silicone à coller sur les tétons pour éviter qu’ils ne se voient. Cela se trouve facilement sur internet comme ici sur amazon ou dans certaines boutiques de prêt-à-porter. Une autre astuce est de porter un foulard qui tombe au dessus de tes seins. Il faut que celui si soit assez long et ne bouge pas trop durant la journée mais c’est bien pratique quand il fait un peu froid dehors ! Et puis tu peux simplement trouver des vêtements où cela ne se voit pas du tout. C’est parfois un peu compliqué en fonction de l’angle et de la luminosité mais ça se fait !

 

Bien entendu, selon les situations il n’est pas toujours évident de vivre sans soutien-gorge et il y aura sûrement des fois où tu ne te sentiras pas à l’aise de ne pas en porter. Ce n’est pas grave du tout et c’est aussi mon cas ! Le but est de se sentir libre et détachée et non pas de vouloir cacher ses seins toute la journée. Écoute tes envies et vas y pas à pas. Dans tous les cas tu verras que vivre sans soutien-gorge est un vrai bonheur et tu y prendras vite goût !

 

Tu portes des soutiens-gorge toi ? Aimerais-tu arrêter ou au contraire pas du tout ?

Si tu veux me suivre dans cette aventure et partager des petits bonheurs au quotidien, rejoins moi sur Instagram et Facebook !

Si veux une vie épanouie et positive , tu vas adorer les emails du bonheur !
Inscris toi vite pour y avoir accès et recevoir pleins d'autres cadeaux !


Bisous,

Pêche

47 thoughts on “5 conseils pour vivre sans soutien-gorge”

  1. Coucou et merci pour cet article très intéressant sur ta façon de fonctionner.
    Alors moi j’ai deux problèmes par rapport à ça:
    -Suivant le contexte, je trouve ça problématique qu’on puisse voir « mes tétons » justement, c’est encore hyper sexualisé dans notre société et je n’aime pas le côté provoc que ça fait passer indirectement. Mais j’ai une amie qui n’en porte jamais, je l’ai remarqué et je m’en fous royalement en fait donc je me dis que c’est ce que la plupart des gens doivent en penser.
    Bref, il me faudrait des hauts plus adaptés surement. Le silicone ne me branche pas trop.

    -J’ai une petite poitrine et je suis habituée à porter des soutifs avec armatures et push up. La totale quoi lol Je dois vraiment apprivoiser l’idée qu’avoir de petits seins et surtout des seins moins « hauts » ne me rend pas moins femme. Pour ça que mes petites brassières c’est déjà une étape pour moi. lol
    Ce qui m’aide vraiment là dedans c’est de voir des femmes super féminines et rayonnantes avec de petites poitrines. Je n’en fais pas un complexe personnel mais c’est juste une image que l’on se crée tu sais, la société nous y pousse un peu aussi… Ca met moins en valeur mais on peut changer cette image de soi j’en suis sure.

    1. Oui le choix d’un haut adapté est vital si on veut rester discrète…
      Et je comprends totalement le problème des petits seins, les miens sont riquiquis et m’ont loooongtemps complexés ! Mais avec le temps je me dis que je suis bien comme ça et qu’ils vont parfaitement avec ma morphologie.
      J’espère qu’un jour tu accepteras cette part de toi aussi <3

  2. A peu près 5 ans sans soutif ici, avec une poitrine au départ à 95C et aujourd’hui à 100/105D. J’ai encore tous mes beaux soutifs 95c dans un tiroir (ils sont trop beaux, je ne me suis pas encore résolue à les abandonner ^^) et je n’ai aucun autre soutif à ma taille, la seule chose que j’ai c’est un haut de maillot de bain que je ne met que sous certaines tenues pour des raisons esthétiques (des robes principalement, une d’été élastique à la poitrine, sans soutient ça écrase mes seins c’est vraiment laid, une autre c’est une tenue viking, je suis plus à l’aise sans soutient, mais à cause de la coupe de la robe c’est plus joli si je mets un soutient, cela dit, j’ai trouvé une nouvelle façon d’attacher mon surcot qui me fera peut être abandonner aussi le soutif pour cette tenue, faut juste que je tente ^^).
    Le constat après 5 ans sans soutif est sans appel :
    – beaucoup moins mal au dos (je me tiens très mal, donc de base j’ai mal au dos, mais j’ai moins mal dans la zone des muscles sollicités par la poitrine, parce qu’à force de les obliger à travailler ils se sont renforcés). Je ne le cache pas, par contre, les premiers mois j’ai douillé, parce qu’il a fallu à mes muscles le temps de s’habituer à la charge soudaine de travail… les premiers mois, faut se tenir droite et faire des exercices pour aider les muscles à se renforcer, parce que ouais, avec une poitrine généreuse, ya beaucoup de boulot ^^
    – certes, ma poitrine tombe un peu… m’enfin du 100/105D c’est pas léger, et la gravité c’est pour tout le monde. Mais par contre, ils sont beaucoup plus fermes qu’avant, et si je me tiens bien ils se maintiennent plutôt bien 😉
    – à part la première année parce que ma peau a du s’adapter, je n’ai plus fait une seule mycose sous la poitrine (j’ai une peau très sensible, la moindre zone « à plis » où la transpiration peut stagner se couvre de plaque si elle est trop longtemps en contact avec un tissu serré… or un soutif toute la journée, ça ne loupait pas, et pourtant j’avais une bonne hygiène pour ça, je blaguais pas).
    Pour ce qui est du regard des autres, je n’y prête même pas attention, et les gens qui me connaissent sont habitués. Cette année j’ai trouvé un compromis aussi pour que ma poitrine paraisse moins « sauvage » : des petits débardeurs qui maintiennent sans serrer, sous les T-Shirt et haut échancrés c’est quand même plus joli.

    Par contre il y a tout de même une situation où le port d’un soutient (adapté à la morpho ET à l’activité en question) reste vivement conseillé (et où il ne me viendrais pas à l’idée de l’oublier) : le sport ! ^^ Autant pour faire mon yoga, j’en met pas, autant pour courir, pour l’équitation… là c’est d’office brassière de sport 😉

    1. Merci merci merci pour ce beau témoignage qui prouve que quelque soit notre poitrine il est possible d se libérer des soutiens-gorge !
      Et bien sûr le sport doit être traité à part 😉
      En tout cas je suis vraiment très heureuse pour toi et j’espère que cela inspirera d’autres femmes et leur donnera confiance.
      Bisous Amélie <3

  3. J’adore ton article !
    Depuis bientôt 2 mois je ne mets pas de soutien-gorge, et j’avoue que le fait d’être en débardeur ou haut léger ne me dérange pas, car en plus je trouve que ça fait plus beau sans débardeur qu’avec des bretelles et le dos du soutien-gorge qui dépassent…
    Bon, en septembre je ne sais pas ce que je ferai, mais j’espère avoir le cran de ne pas en mettre (au lycée) ! J’ai une toute petite poitrine donc si j’en mettais ça n’était pas vraiment pour le maintien… 🙂
    Et je me sens beaucoup plus libre, j’ai moins chaud (surtout en ce temps de canicule là où je suis…)
    Bisous <3

    1. Aha je te comprends totalement et j’espère que tu auras le courage d’en mettre, au moins de temps en temps au début. En tout cas je suis heureuse devoir qu’à ton âge tu oses déjà et que tu es sensibilisée à tout ça, bravo <3

  4. J’aime beaucoup ton article très libérateur ! Et tu as sincèrement raison de faire sans si ça te convient 🙂 Pour ma part j’ai plutôt une poitrine généreuse (85D) et partant légèrement sur les côtés. Du coup je suis plus gênée si je n’en porte pas. Les seuls moment où je n’en mets pas c’est la nuit, ou dans des robes bustiers qui finalement tiennent bien en place. D’autant que je ne me sens pas du tout comprimée dans mes soutiens-gorge, c’est comme une seconde peau 🙂 Mais à lire les commentaires je suis bien la seule !

  5. Tellement inspirant cet article et tous ces commentaires ! Je rêve du no-bra aussi ! Je ne porte que des triangles sans armatures, je n’ai pas encore sauté le pas du no-bra malgré ma toute petite poitrine mais ce qui bloque c’est que je suis frileuse… Vous me suivez ? Haha. Je vais sûrement tester les caches tétons pour me décomplexer 🙂

    1. C’est déjà génial de ne plus porter de baleines et compagnie !
      Et tu sais quoi ? Je suis la plus grosse des frileuses et il m’arrive de tenir mon sac à main avec la main opposée pour cacher ma poitrine ahaha. N’empêche qu’au pire ça fait quoi ? Ils pointent un peu, je passe vite devant les gens et puis basta. En plus avec une petite poitrine ce n’est pas ce qui se voit le plus 😉
      Tu vas voir, les caches tétons c’est vraiment pratiques et parfait pour se jeter à l’eau !
      Bisous Justine <3

  6. Je suis passée au no bra il y a bien cinq ans maintenant et ça a été une vraie révolution dans ma vie.
    Merci de diffuser tous tes bons conseils qui, je l’espère, aideront bien des gens ❤

  7. Pour ma part j’ai abandonné le soutien-gorge il y a plusieurs années déjà et j’avoue n’avoir eu aucune difficulté. Mais il faut dire que j’ai une toute petite poitrine, donc ça compte aussi je pense. Aujourd’hui, la seule occasion où j’en porte, c’est lorsque je vais chez le médecin. Et je trouve ça tellement insupportable que je l’emporte dans mon sac, je le mets dans les toilettes en arrivant et je l’enlève dès la consultation passée !
    En tout cas, j’espère que ton article aidera celles qui le souhaite à franchir le pas. A bientôt.

  8. Bonjour,
    Un article positif qui motive et donne confiance mais je dois dire que je suis un peu surprise et déçue de voir « poitrines généreuses […] du C/D »… Ça part d’une volonté d’intégration et de respect de la diversité des corps mais lire Oula même les femmes qui font du C peuvent ne pas porter de soutif, quelle révolution ! Franchement c’est réducteur, on se croirait dans un rayon etam où on ne trouve pas sa taille… Les bonnets ne s’arrêtent pas au D !

    1. Oh je suis bien d’accord Anne et le bout n’était pas d’exclure les femmes portant du E, F, etc. C’était plus une taille « minimale » à partir de laquelle de nombreuses femmes se disent mal à l’aise à l’idée de ne plus porter de soutien-gorge car elles trouvent leur poitrine trop importante pour cela, du coup c’est aussi valable pour les personnes portant des plus grands bonnets !

Laisse-moi un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.