Il t’est déjà arrivé de finir de manger et d’avoir la sensation d’être fatiguée voire de mauvaise humeur ? Parce que moi je dois avouer que ça fait un peu partie de mon quotidien… Cela fait plusieurs années que j’ai la sensation qu’il y a un lien entre émotions et alimentation et même si parfois je sortais de table aigrie et fatiguée, je me disais que cela n’était pas possible, que l’alimentation et la psychologie n’avait rien à voir. Sauf qu’en fait, je crois juste que j’avais peur de découvrir ce que ce lien pouvait signifier. Je n’avais aucune envie de changer mes habitudes alimentaires et encore moins de renoncer à certains plats et aliments que j’affectinais particulièrement. Et puis j’ai dû me rendre à l’évidence : oui, il y a bien un lien entre émotions et alimentation.

Faire ce constat n’a pas été simple, d’une part parce que comme je te le disais j’avais peur de ce que cette relation entre alimentation et psyhchologie allait impliquer en termes de changement mais aussi parce que comprendre quel lien il y a entre nos ressentis et la nourriture demande beaucoup de temps… Et si tu as lu mon article sur comment apprendre à être patient ou que tu suis mes péripéties sur Instagram, tu sais qu’attendre n’étais vraiment pas mon fort il y a encore quelques mois !

Pourtant je trouve cela tellement important d’apprendre à se connaitre vraiment que j’ai voulu découvrir quel rapport il y avait entre nos émotions et notre alimentation. Ce que je vais citer ici ne sont que des pistes de recherche et si toi aussi tu as envie de comprendre d’où proviennent ces émotions lorsque tu manges, il va falloir jouer au détective privé…

 

Quel lien entre alimentation et émotions ? Que manger pour être heureux ?

 

L’alimentation émotionnelle

Tu en as peut-être entendu parler, mais l’alimentation émotionnelle devient de plus en plus connue lorsque l’on parle du rapport entre nourriture et émotions. Si tu ne sais pas ce qu’est l’alimentation émotionnelle, en gros c’est le fait de manger selon ses émotions, ses pensées et ses ressentis et non pas par réelle faim. Cela peut se manifester après un gros chagrin ou la perte de quelqu’un par exemple mais aussi à cause du stress, pour se réconforter ou par simple habitude !

Nos ressentis peuvent ainsi nous pousser à manger sans réfléchir et bien souvent ce n’est pas sur les carottes que l’on se réfugie… Même si cela est nécessaire de se faire plaisir parfois, il est aussi important de comprendre ce qui nous arrive dans ces moments là pour éviter de vider 1, 2 ou 3 tablettes de chocolat. D’autant plus que cela peut conduire à développer de très mauvaises habitudes voire des maladies comme la boulimie….

Nos émotions peuvent aussi nous couper la faim, ce qui est par exemple mon cas et ne m’aide pas vraiment dans ma volonté de prendre du poids ! Dès que je suis stressée ou que j’ai un coup de mou, mon estomac se ferme et j’ai dû mal à manger… Donc quelque soit ton cas, il est essentiel que tu apprennes à te connaitre et si l’alimentation émotionnelle t’intéresse ou que tu as des questions, dis le moi et je pourrais faire un article dessus ! Et en attendant je te conseille de lire Cessez de manger ses émotions qui est vraiment top !

A lire aussi : Comment avoir une relation saine avec la nourriture ?

L’alimentation change nos émotions ?

À vrai dire ce n’est pas vraiment d’alimentation émotionnelle dont je veux te parler ici puisque l’idée de départ était d’expliquer le rôle que joue l’alimentation sur nos émotions et non pas l’impact de nos émotions sur l’alimentation (c’est-à-dire l’inverse). Maintenant que c’est fait, passons à l’impact de la nourriture sur nos pensées et nos sensations.

Comme je te le disais en introduction, en fonction de ce que je mange, j’ai remarqué que je ressentais ensuite des émotions plus ou moins agréable selon les ingrédients et ma façon de manger. Je me suis donc mise à tenir une sorte de Journal alimentaire (mais pas pour maigrir, au contraire!). Par exemple j’ai noté que les plats très lourds me faisait littéralement dormir au bout en 5 minutes. De même lorsque je mange trop vite ou en étant stressée je deviens irritable et fatiguée. Au contraire lorsque je prends le temps de savourer et d’écouter mes envies, je ressens ensuite un état de bien-être et de satisfaction.

Tu te dis peut-être que c’est simplement la digestion qui joue son rôle et oui effectivement digérer nécessite énormément d’énergie et c’est bien ce qui crée ces ballonnements qui nous ramolissent. Pour autant je suis persuadée qu’il n’y a pas que ça et le pire reste à venir…

 

Quel lien entre alimentation et émotions ? Que manger pour être heureux ?

L’impact de certains nutriments sur nos émotions

Parce que le pire, ce sont les conséquences de certains nutriments sur nos émotions. Il y a encore peu d’études là-dessus mais je suis certaine que les produits transformés ainsi que certains sucres comme le lactose, le glutamate ou la caséine mais aussi des protéines comme le gluten ont un impact très négatifs sur la manière dont on se sent. Il n’est pas rare que je passe d’un état de gaité à une sensation d’agacement et de mal-être juste parce que j’ai mangé un plat de pâtes (riche en gluten). J’ai aussi noté que j’étais très sensibles au lactose et qu’une simple cuillère de yaourt pouvait me rendre morose et me faire perdre toute mon énergie.

Bien sûr je ne dis pas que nous sommes tous intolérants à ces nutriments mais je crois cette « mode » du sans gluten / sans lactose etc. n’est pas totalement imaginée non plus… Pour moi l’essentiel est d’apprendre à se connaitre, noter quels aliments nous rendent ronchons ou au contraire nous font du bien . Il n’y a pas de science exacte ni de généralité et c’est un travail long qui nécessite de faire des tests et de prendre des notes au fil de ses repas (d’où le journal alimentaire dont je te parlais plus haut).

Apprendre à écouter son corps, se rendre compte du lien entre notre alimentation et nos émotions puis adapter nos repas en fonction de tout cela vaut la peine et je t’invite vraiment à prendre le temps de faire tout ça !

A lire aussi : 8 conseils pour équilibrer ses hormones naturellement

Que manger pour être heureux ?

Bien sûr je n’allais pas rester comme ça à éviter le gluten et le lactose sans chercher comment régler tout ça ! En plus de comprendre le lien entre émotions et alimentation, il existe aussi des nutriments à privilégier pour ne plus subir les sensations négatives. Cette partie sur les aliments pour se sentir bien mériterait aussi un article en entier (ça te dit ?!) mais je me devais de partager avec toi un peu de toutes les recherches que j’ai faites pour trouver comment manger pour être heureux.

La première catégorie d’aliments à privilégier sont les prébiotiques qui facilitent la digestion et apportent tous les nutriments dont nous avons besoin. Ils se trouvent dans les produits bruts et notamment dans les fruits et légumes. Il est parfois bon de prendre des probiotiques, qui sont des micro-organisme qui viennent préter main forte à notre système digestif. Parmis eux tu peux retrouver la choucroute, le miso mais aussi le kombucha par exemple !

L’idéal est d’avoir une alimentation variée, la plus naturelle et brute possible et d’éviter tout ce qui est produits transformés / plats préparés, bourrés de cochonnerie qui vont avoir un effet néfaste sur nos émotions et nous plomber le moral ! D’ailleurs si tu as aussi l’impression que psychologie et alimentation sont liés, je te conseille de lire  Manger en pleine conscience de Thich Nhat Hahn et La Nutri-émotion de Reza Nassrine qui sont remplis de réflexions et conseils pour se sortir de ce cercle vicieux ! 

Et toi, tu avais aussi vu un lien entre émotions et alimentation ?

Si veux une vie épanouie et positive , tu vas adorer les emails du bonheur !
Inscris toi vite pour y avoir accès et recevoir pleins d'autres cadeaux !


Bisous,

Pêche

Quel lien entre émotions et alimentation ?

17 thoughts on “Quand l’alimentation bouleverse nos émotions”

  1. Depuis quelques temps j’ai commencé à me rendre compte aussi du lien entre alimentation et émotions. Je me rends compte que lorsque je mange un peu trop de viande, je suis vite énervée, agacée pour un rien et j’ai plus de coups de blues que quand je mange végétarien. Pour les pâtes, je me rends de plus en plus compte que si je mange un assiette de pâtes avec sauce, je me sens lourde après le repas et j’ai du mal à me motiver pour travailler ou autre…
    C’est très intéressant ce que tu dis dans ton article, je vais faire plus attention à ces émotions créées par ce que je mange, pour éviter ce qui ne me convient pas et privilégier ce qui me donne de l’énergie et me mets de bonne humeur 🙂

    D’ailleurs, ton article complète bien celui que j’ai publié sur mon blog la semaine dernière, dans lequel je parle d’alimentation saine 😉

    Passe une belle soirée!

  2. Je suis totalement d’accord, l’alimentation joue sur l’émotion et l’humeur. J’ai toujours eu des problèmes avec mon alimentation et je sais que ça a souvent mené à plusieurs complications par la suite. En ce moment, j’essaie de vraiment manger mieux et je me sens beaucoup mieux avec moi-même 🙂 J’ai arrêté la viande il y a maintenant presque 3 ans et j’ai remarqué que j’avais moins de maux de tête et de problèmes de santé qu’avant. Mais j’ai l’impression qu’il y a a encore un ou deux aliments que je devrais bannir, il faut juste que je trouve lesquelles. Parfois notre corps réagi mal à certains aliments sans qu’on s’en rende forcément compte et quand on les bannit ça fait tout de suite plus de bien 😉

  3. Alala l’alimentation émotionnelle vaste sujet et clairement j’en subis encore les conséquences.
    Il m’arrive de manger parce que je suis fatiguée, triste ou en colère, pour moi il y a un réel lien entre alimentation et émotion et souvent je ne me dirige pas vers une carotte plutôt des chips…. Certains périodes du mois aussi influent sur mon alimentation, il m’arrive de sortir de table et de ressentir l’appel du sucre alors que j’ai mangé à ma faim.
    J’ai appris à reconnaître la faim des yeux, la faim de la tête, la faim du coeur et la faim du corps cela m’est réellement utile même si parfois je craque et que la faim du coeur a raison de moi.
    Ton article est très intéressant et je pense qu’on devrait tous analyser notre rapport à l’alimentation mais sans jugement culpabilisant, juste pour essayer de comprendre d’où vient la faim et ne pas se laisser submerger par l’alimentation.

  4. Hello,

    En effet, l’alimentation a un lien direct avec nos émotions.

    C’est tout à fait normal qu’après avoir mangé un repas lourd tu aies envie de dormir ou lorsque tu mange trop vite tu ne te sentes pas bien après.
    Il faut prendre son temps pour manger, apprécier et surtout bien mastiquer pour favoriser une bonne digestion 🙂
    Les repas trop lourds fatiguent l’organisme pour la digestion et du coup, le fameux « coup de pompe » se fait vite ressentir.

    Notre organisme est bien fait et si on apprend à connaître et écouter notre corps, on sait ce qui sera bon pour lui.

    Concernant les allergies alimentaires, il existe des tests et/ou prise de sang à effectuer, mais ce n’est pas évident de tout tester et parfois on peut être intolérant et aucun résultat ne le montre…
    Il ne faut pas suivre les effets de mode mais s’écouter comme tu le dis et prendre soin de soi.

    Personnellement c’est grâce à la naturopathie que j’ai modifié mon alimentation et en comprenant l’effet de certains aliments et certaines associations d’aliments sur mon corps (qui sera différent chez quelqu’un d’autre).

    La nutrition est une sujet tellement intéressant, je pourrais en parler pendant des heures 😀

    Belle journée 🙂

  5. Totalement vrai ! C’est une des raisons pour lesquelles j’ai décidé d’ailleurs de la prendre davantage en main 🙂 Merci pour cet article très intéressant comme d’habitude !! Merci aussi de partager avec nous ces livres à lire, je vais me pencher dessus très vite !

  6. Très bel article, complet ! Merci pour ce partage.
    Effectivement, j’ai aussi remarqué que ça avait un lien, c’est certain ! Je l’ai remarqué quand j’ai changé mes habitudes alimentaires et que durant plusieurs moi, je n’ai mangé pratiquement que des fruits et légumes (bio), j’étais une boule d’énergie positive. Depuis que j’ai repris certains grignotages, j’ai de nouveau des baisses de moral durant certaines période. Et bien sûr, tout ça, c’est un cercle vicieux… Alors il faut être vigilante à ne pas trop replonger, se faire plaisir de temps en temps, bien sûr, mais avec prudence. 🙂
    A très vite !
    Justine

  7. Je suis comme toi, quand je stress quand je ne suis pas bien, je n’ai pas faim. d’ailleurs ça a été radical j’ai passé 5 ans d’étude à stresser, je n’étais vraiment pas bien durant cette période. Et pendant que la plupart des personnes prenait du poids à ce moment moi je n’ai pas pris un gramme. Et dés que mes études ce sont terminés j’ai de suite pris 1k5 et maintenant ça fait 4ans que j’ai terminé et j’ai pris 6-7kg (je ne me pèse plus trop) mais je sais que ça c’est stabilisé à ce poids là et j’en suis ravie 🙂

Laisse-moi un petit mot !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

[instagram-feed]
%d blogueurs aiment cette page :