Les biais cognitifs (ou comment notre cerveau nous trompe)

As-tu déjà remarqué que tu prenais des décisions illogiques ou irrationnelles ? Que la réponse soit oui ou non, je t’assure que ça a déjà été le cas ! Et que ça l’est même très souvent… Tout ça grâce aux biais cognitifs qui brouillent notre raisonnement et nous font croire des choses qui n’existent pas. Eh oui, notre cerveau est absolument incroyable et parfois très idiot en même temps…

Les biais cognitifs nous touchent tous et pourtant, bien peu d’entre nous en ont conscience. C’est pour ça que j’avais envie de te faire un article et podcast sur ces biais du cerveau qui nous touchent au quotidien. Je vais essayer d’expliquer simplement qu’est-ce qu’est un biais cognitif en te donnant une définition et des explications basées sur tout ce que j’ai pu lire et apprendre sur ces distorsions psychologiques.

La liste de ces biais du cerveau est longue mais je t’en citerai quelques uns pour que tu puisses mieux les comprendre et les appréhender. On parlera aussi de l’impact de ces déformations du cerveau dans notre quotidien, à quoi ils servent et pour quoi s’y intéresser.

À la fin de l’article tu trouveras des livres sur les biais cognitifs ainsi que des vidéos explicatives tu t’intéresses à la psychologie et aux neurosciences pour aller plus loin.

Les biais cognitifs, c’est quoi ?

Les biais cognitifs sont des distorsions de la réalité qui affectent notre logique et notre rationalité, notamment nos jugements, nos raisonnements et notre mémoire. Ils sont totalement normaux et touchent tous les êtres humains, même si en en prenant conscience et en prenant du recul sur les choses, on peut faire en sorte de les repérer et les affaiblir pour prendre des décisions plus logiques et raisonnables.

Le but premier de ces distorsions cognitives est de nous permettre de prendre des décisions rapidement et facilement. Dans notre quotidien tout va vite et s’enchaine et le cerveau est fait pour se mettre en sécurité. Il cherche le confort et la facilité, du coup il préfère « prendre des raccourcis », quitte à nous induire en erreur, plutôt que de tergiverser mille an pour chaque décision, même si au final cette décision est illogique et insensée !

En gros, les biais cognitifs sont des mécanismes automatiques du cerveau qui distordent la réalité pour nous permettre de décider rapidement… mais pas forcément efficacement ! Du coup, on vit un peu tous dans notre propre réalité subjective.

L’impact des biais cognitifs au quotidien

Maintenant que la définition d’un biais cognitif est plus clair, il va falloir parler de leurs impacts dans nos quotidiens qui sont divers et variés mais se regroupent en 2 grandes catégories :

Une prise de décision illogique

La première conséquence des biais cognitifs dans notre vie est la prise de décision illogique. À force de vouloir aller vite et faire des choix à tout bout de champ, le cerveau essaye de se simplifier la vie est prend des décisions selon ce qui est le plus facilement accessible et compréhensible pour lui… Même si le choix est insensé !

Par exemple, si tu rêves de devenir entrepreneure mais que tu t’empêches de passer à l’action parce que tu penses que l’entrepreneuriat est très risqué, ce n’est pas parce que c’est un danger en soi… Mais plutôt parce que tu as peut-être vécu une expérience passée compliquée avec l’entrepreneuriat, qu’un de tes proches est entrepreneur et en souffre ou que tes parents t’ont toujours dit que c’était très dangereux.

Du coup ton cerveau, qui adore rester dans son confort et sa sécurité, a décidé de se focaliser sur les risques, les difficultés et les potentiels échecs liés à l’entrepreneuriat…  Au lieu de voir tous ses aspects positifs, tout ce que cela pourrait t’apporter et surtout, qu’à toutes ces difficultés, il y a une solution ! Au quotidien, tu vas continuer à confirmer cette croyance que l’entrepreneuriat est dangereux, tu verras toutes les preuves qui le confirme et mettras inconsciemment des œillères devant tout ce qui prouve le contraire.

Les biais cognitifs créent donc tout un mécanisme de pensée qui ne nous fait voir qu’une seule partie de la réalité (souvent celle qui nous arrange…) en « oubliant » certaines informations et conduisent donc à des décisions illogiques et très subjectives. Dans le cas de notre exemple, le fait de ne pas se lancer dans l’entrepreneuriat.

Ce biais cognitif-là s’appelle « biais de confirmation ». J’avais fait un post sur le biais de confirmation et je t’en reparlerai rapidement dans la liste des biais cognitifs plus bas.

Des erreurs de raisonnement

Une autre incidence des biais cognitifs sur notre quotidien est toutes les erreurs de jugement et de raisonnement qu’ils nous poussent à émettre. Le cerveau veut aller tellement vite quand il réfléchit qu’il prend des raccourcis en omettant pleins de choses, qui seraient pourtant bien utile pour prendre des décisions logiques et sensées.

Un exemple classique de ces aberrations, est notre volonté de rentabilisé absolument le temps et l’argent investis dans un projet, un objet ou un évènement.

Je ne sais pas si tu as remarqué, mais quand on investit beaucoup de temps et/ou d’argent dans quelque chose, on a énormément de mal à le lâcher, même s’il ne nous plait plus ou ne nous intéresse plus.On se dit qu’on y a déjà dépensé trop de temps et d’argent et qu’il faut continuer coute que coute pour « rentabiliser »…

Sauf que tout ce temps et cet argent sont derrière nous, on ne les rattrapera pas et on est juste entrain d’en perdre plus en continuant !

Et même si, au fond, on sait que c’est une erreur de continuer, on a vraiment du mal à s’en empêcher…

Ce biais cognitif là est le  » besoins de cohérence » dont notre cerveau a besoin pour se sentir en sécurité et qu’il recherche donc constamment, que ce soit dans nos pensées, nos paroles ou nos actions.

Pour résumé, les biais cognitifs nous font faire des erreurs de raisonnement et nous poussent à faire des choix illogiques qui sont fondés sur des croyances (= de fausses connaissances) et des souvenirs, que nous interprétons selon le prisme que notre famille et la société vous a transmis.

Beaucoup de biais cognitifs existent (cf la liste plus bas) et souvent ils se ressemblent et s’emmêlent dans notre cerveau de petit être humain pour nous faciliter la vie (sur le papier) alors qu’en réalité ils nous empêchent d’être objectif et logique.

Biais cognitifs

Pourquoi a-t-on des biais cognitifs ?

Et pourtant, les biais cognitifs ne sont pas là par hasard ! Voici donc 5 raisons à notre manque de raisonnement.

Prendre des décisions rapidement

Les biais cognitifs sont principalement là pour nous permettre d‘agir vite et d’économiser de l’énergie. Notre cerveau étant constamment en mode survie, il vaut avant tout faire des choix rapides pour se mettre en sécurité, quitte à ce que cette décision ne soit pas la meilleure. Notre cerveau s’en fiche de savoir si c’est un choix rationnel et bon pour nous, tout que qu’il veut c’est que l’on survive.

En effet, il ne faut pas oublié qu’il y a fort longtemps, le cerveau humain était surtout câblé pour faire du feu et chasser pour se nourrir. Il n’avait donc pas trop de temps de réfléchir mille an si le mammouth devant lui était dangereux ou non ni quelle était la méthode la plus logique et sensée pour lui faire face. Lui tout ce qu’il voulait, c’était courir ou se cacher. C’est notamment pour ça que nous avons aujourd’hui encore des biais cognitifs.

Faire face à trop d’informations

Le cerveau humain a du mal à traiter énormément d’informations en même temps, surtout quand il se sent stressé ou sous pression. Du coup il préfère faire l’impasse sur certaines données, se concentrer sur ce qu’il sait (ou croit savoir…) pour ne pas s’éparpiller ni se sentir acculé.

Créer du sens, de la cohérence et de la logique

Comme on l’a vu plus haut, les biais de cognition sont notamment là car le cerveau a besoin de cohérence et de « logique » (pour lui, en interne) que ce soit dans notre vie, nos pensées et nos actions. Il préfère donc rester cohérent avec ce qu’il a pensé, dit ou fait par le passé plutôt que de changer d’avis (d’où notre tendance à être borné et avoir du mal à nous remettre en question…).

Grâce aux biais cognitifs, le cerveau « comble les trous » de ce que l’on ne sait pas pour se créer du sens et de la cohérence car la nature a horreur du vide. Alors on fait des suppositions, des connexions et des raccourcis entre des choses qui ne sont pas forcément liées. Cela nous apporte de la stabilité et donc une certaine sécurité intellectuelle… mais pas forcément des connaissances fondées !

Les limites intellectuelles de notre cerveau

Eh oui, le cerveau de l’Homme a beau être doté d’incroyables capacités, il a aussi énormément de limites. Que ce soit en terme de savoir théoriques, de savoir-faire ou de savoir-être, il nous est impossible de tout savoir et de prendre en compte tous les aspects de la réalité quand on fait un choix.

Nos biais cognitifs nous permet donc aussi de surmonter les limites de notre esprit. On est et sera toujours biaisé, il y a toujours une pièce de puzzle qui manque pour avoir l’ensemble des informations qui nous permettraient de prendre des décisions logiques et objectives. C’est la vie…

À lire aussi : Comment arrêter de se comparer et éviter le biais de comparaison ?

Pourquoi s’intéresser aux biais cognitifs ?

S’informer sur les biais psychologiques de notre cerveau a plusieurs avantages et intérêts. En effet, cela permet de…

  • Mieux se comprendre, notamment notre fonctionnement, nos croyances…

  • Prendre du recul sur nos actions, voir nos biais à l’œuvre et remettre en question ce que l’on pense.

  • Prendre de meilleures décisions dans notre vie et pour notre entreprise.

  • Mieux comprendre les autres, être plus indulgents envers ses proches et ses clients.

    Par exemple si nos proches veulent nous dissuader de nous lancer dans l’entrepreneuriat, connaitre ces biais cognitifs et tout ce qu’ils créent en eux peut être utile pour ne pas se mettre en colère et comprendre que leurs peurs… leur appartiennent ! Ce n’est pas la réalité. C’est une construction de leurs esprits.

  • Se connecter à ses émotions et prendre des décisions en fonction de soi

Pour développer cette dernière idée, je tiens à dire que les biais cognitifs ne sont pas à bannir. Comme on l’a vu, ces biais psychologiques sont basés sur notre vécu. Ils nous empêchent de prendre des décisions logiques… et c’est parfois tant mieux !

Nous sommes tous différents et c’est donc important de prendre des décisions en fonction de soi, de sa personnalité et ses expériences et non pas de cherche LA vérité ni la validation des autres (qui eux aussi, nous conseillent selon leurs biais cognitifs).

Il faut juste faire attention à ne pas se laisser emporter par la peur, les croyances limitantes et tout ce que l’on s’est toujours répété pour rester dans notre zone de confort.

C’est un équilibre à trouver entre émotions, notre intuition et notre vécu d’un côté et raisonnement logique et objectif d’un autre côté…

A lire aussi : Comment développer son intuition ?

Biais cognitifs comprendre

Liste des biais cognitifs

  • Biais de confirmation :
    Le biais de confirmation est une tendance, que l’on retrouve chez énormément de personnes, à rechercher et considérer uniquement les informations et preuves qui confirment ce que l’on pense ou croit déjà et à ignorer ou minimiser celles qui les contredisent.
    Voir mon post sur le biais de confirmation

  • Biais de négativité :
    Le biais de négativité est le mécanisme de notre cerveau qui fait que l’on se focalise plus sur le négatif que sur le positif. Même si nous avons 5% de négatif dans notre vie et 95% de positif, nous allons nous focaliser sur ce qui ne va pas et retenir davantage sur le négatif que le positif.

  • Erreur fondamentale d’attribution :
    L’erreur fondamentale d’attribution est notre tendance à surestimer l’impact des facteurs personnels (comme la personnalité) pour expliquer le comportement d’une personne et à sous-estimer les facteurs liés à la situation et aux circonstances (environnement, politique, social, etc.).

  • Biais d’inertie :
    Comme je l’ai dit, le cerveau aime la sécurité et donc le confort et le non-changement… Le biais d’inertie c’est donc ce qui pousse à garder ses habitudes, rester dans sa zone de confort.

  • L’effet de halo :
    L’effet de halo est un biais qui pousse à la généralisation erronée basée sur une seule caractéristiques d’une personne, d’un groupe ou d’un objet. C’est un peu l’idée de se baser sur notre première impression pour juger l’entièreté d’une personne par exemple. L’effet de halo le plus commun est de se dire qu’une personne que l’on juge belle physiquement sera aussi intelligente et digne de confiance, même si on ne lui a jamais parlé !
    L’effet de notoriété est aussi un effet de halo.

  • Le biais rétrospectif :
    Le biais rétrospectif est la tendance à penser, a posteriori, qu’un évènement était prévisible alors qu’en réalité nous ne pouvions pas vraiment le prévoir. Alors qu’il nous était quasiment impossible d’évaluer le résultat d’un évènement avant qu’il n’arrive, ce même évènement semble plus clair, presque logique, avec du recul.

  • Le biais d’ancrage :
    Le biais d’ancrage ressemble un peu à l’effet de halo puisqu’il désigne la difficulté que l’on rencontre à se détacher de notre première impression. On se focalise sur la première information acquise sur le sujet et on n’arrive alors plus à voir l’ensemble des nouvelles données que l’on pourrait découvrir sur le sujet.

  • L’effet Dunning-­Kruger :
    L’effet Dunning-Kruger nous pousse à sur-estimer ou sous-estimer nos capacités. En effet, les personnes les moins compétentes se voient plus compétentes qu’elles ne le sont en réalité. Alors que les individus les plus compétents ne se trouvent pas vraiment compétents…
    C’est notamment un biais cognitif très intéressant lorsque l’on souffre du syndrome de l’imposteur…

  • Le biais de conformisme :
    Le biais de conformisme est notre tendance à penser et agir comme les autres.

  • La croyance en un monde juste :
    La croyance en un monde juste est le biais qui nous pousse à croire que le monde est juste et que les personnes méritent ce qui leur arrive.

Bien entendu ce n’est pas une liste exhaustive des distorsions cognitives et autres biais psychologiques qui existent mais cette liste donne déjà un bon aperçu de tous les biais et les illusions qui viennent de notre cerveau !

À lire aussi : Comment dire non facilement et sans peur ?

Ressources pour comprendre notre cerveau :

Livres sur les biais cognitifs

Vidéo sur les biais psychologiques :

Les 5 biais psychologiques qui menacent notre planète

 

Autres vidéos sur les biais cognitifs intéressantes :

Pour résumé les biais du cerveau, nous avons vu :

  1. La définition d’un biais cognitif
  2. L’impact des distorsions cognitives sur notre quotidien
  3. Pourquoi nous avons ces biais de décision et de réflexion
  4. La liste des biais cognitifs principaux
  5. Des livres sur les biais cognitifs
  6. Des vidéos pour mieux comprendre ces mécanismes du cerveau

Ressources mentionnées dans le podcast sur les biais cognitifs :

J’espère que les biais cognitifs sont plus clairs pour toi maintenant !

À bientôt,
Pêche

Vous pourriez aussi aimer lire :

Découvrir l’astrologie pour mieux se connaitre avec Astrolya

Découvrir l’astrologie pour mieux se connaitre avec Astrolya

Et si les étoiles pouvaient parler ? C'est un peu ce que j'ai compris quand j'ai découvert l'astrologie, un outil de développement personnel qui nous permet de mieux nous connaitre, nous comprendre et faire des choix alignés. Cette découverte de l'astrologie date d'il...

Comment rester sereine face au doute et à l’incertitude ?

Comment rester sereine face au doute et à l’incertitude ?

Comment être serein alors que le doute et l'incertitude sont de plus en plus présents autour de nous ? Même quand on aime et croit en son projet, les doutes viennent toujours s'immiscer en nous et encore plus en cette période compliquée où il est facile de se...

2 Commentaires

  1. Caroline

    bonjour Peche, c’est avec plaisir que j’écoute tes podcasts, merci pour tous les documents que tu proposes

    Réponse
    • pecheneglantine

      Bonjour Caroline,
      Merci beaucoup pour ton retour et si tu as des questions n’hésite pas !
      Belle journée

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ne plus avoir peur de manquer grâce à un état d'esprit d'abondance - […] déjà parlé du biais de négativité dans l’article sur les biais cognitifs alors pour résumé simplement, c’est un mécanisme…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.